Livre : Régine Tchicaya-Oboa signe « Femmes créatrices d’entreprises au Congo Brazzaville »

0

 Dans son ouvrage de deux cent dix pages, paru ce mois en cours aux éditions L’Harmattan, l’auteure présente les interviews de dix femmes qui se sont converties entrepreneures.

Les femmes interviewées interviennent aussi bien dans le domaine artisanal que commercial, précisément dans la restauration, la coiffure, le commerce de gros, le cru alimentaire, les surgelés ainsi que les boissons hygiéniques.    

Le livre de Régine Tchicaya-Oboa est aussi l’histoire d’une vision professionnelle construite par ces femmes. À travers leurs récits de vie, l’auteure s’attache à faire connaître leur importante contribution à l’activité économique ainsi que leur participation au développement. Elle nous explique aussi comment ces femmes sont-elles devenues entrepreneures et porteuses de projet inscrit dans un objectif de service collectif.

Parmi elles, Souza, ancienne militante devenue entrepreneure; Kongolia, hôtesse de l’air, s’est reconvertie dans la cuisine exotique et fait preuve de beaucoup de créativité car la cuisine et les contacts humains sont ses passions « J’aime faire la cuisine et j’aime bien les contacts humains. Il y a seize ans que j’ai commencé à faire cette activité. Ma spécialité, c’est surtout des grillades et quelques mets exotiques. J’aime créer, c’est pourquoi j’ai des idées pour pouvoir varier les recettes. Je donne les appellations à mes plats qui attirent les clients. C’est moi-même qui crée les assaisonnements, c’est le secret de Kongolia », page 19.

De même, mère Biya, analphabète, a su passer du secteur informel au monde des affaires. Quant à Rosana, fonctionnaire, est devenue femme d’affaires. Paola, quant à elle, fait  la coiffure et les soins du corps, pendant qu’Apendi est enseignante et coutrière. Kento Mfumu, de la santé, est arrivée à la restauration tandis que Efwissi est grossiste de boissons.

Régine Tchicaya-Oboa est docteur en sciences sociales de l’université Paris V, membre du bureau de l’AISLF, maître-assistante (Cames).  Enseignante chercheure à l’université Marien-Ngouabi de Brazzaville, ses recherches portent sur le travail et l’emploi, l’entreprise, les liens sociaux. Elle a participé à un ouvrage collectif sur les sociétés en mutation dans l’Afrique contemporaine.

Légendes et crédits photo : 

Photo : La couverture du livre « Femmes créatrices d’entreprises au Congo Brazzaville »

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire