Littérature : Henri Djombo lauréat de la treizième édition « FestiVert »

0

Le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, en sa qualité de romancier et dramaturge, a reçu des mains de l’ambassadeur du Sénégal au Congo, le 25 juillet à Brazzaville, le prix international FestiVert de l’environnement de Dakar, organisé du 13 au 15 du même mois.  

Organisé sur le thème « La culture au service de l’environnement pour la promotion de l’éco-citoyenneté », FestiVert a constitué un grand rendez-vous pour de nombreux Africains animés par le désir d’une expertise au profit de la protection de l’environnement. Sa treizième édition a été l’occasion de rappeler aux jeunes l’importance de la nature. Le but visé par cette manifestation culturelle et environnementale étant de conscientiser les élèves sur leur responsabilité et leur devoir d’entretenir, de surveiller et de revaloriser l’environnement. Le Congo a pris part à ces retrouvailles par le biais du représentant du  président de l’Union nationale  des écrivains, artistes et artisans congolais, le poète Huppert Malanda.

Après  l’analyse des productions d’Henri Djombo en matière de protection de l’espace vert, le jury du festival  international  lui  a  décerné le Prix FestiVert 2018. Pour  Huppert  Malanda, l’auteur doit  cette distinction de sa pièce de théatre intitulée « Le Cri de la forêt « et de son importante production romanesque et théâtrale en faveur de la protection environnementale ».

En dehors de ce prix, les organisateurs du festival ont également fait un don de livres au lauréat.  En le recevant, il a exprimé son émotion, dédiant  ce prix  à tous les Congolais. « Cela me rassure que nos œuvres sont également lues à l’étranger et cela m’encourage à faire plus », a fait remarquer Henri Djombo.  

Rappelons que le combat du récipiendaire pour la protection de l’environnement l’a conduit à la publication de plusieurs romans et pièces de théâtre. Il a reçu ce prix en présence du ministre congolais de la Culture et des arts, Dieudonné Moyongo, qui a, par ailleurs, souligné l’importance de traduire la pièce de théâtre primée en langues nationles.

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire