Les conclusions du rapport Mueller renforcent Trump en vue d’une réélection

0

Les investigations du procureur spécial Robert Mueller n’ont pas prouvé de collusion entre Donald Trump et la Russie lors de la campagne présidentielle de 2016. Cela confère au président une arme puissante à utiliser contre ses adversaire démocrates.

Robert Mueller, qui a enquêté pendant deux années pour établir si la Russie a favorisé la défaite de la candidate démocrate Hillary Clinton, n’a par ailleurs trouvé aucune preuve permettant de dire si un ou plusieurs membres de l’équipe de campagne de Donald Trump a conspiré avec la Russie.

Ces conclusions mettent à mal l’argumentaire utilisé par les démocrates pendant deux ans, selon qui Trump n’aurait pas remporté l’élection de manière juste ou légale. Ces accusations, qui sont passées en boucle sur les chaînes d’informations, empoisonne la présidence de Donald Trump depuis son investiture.

Les démocrates ont promis de poursuivre les enquêtes au Congrès sur la campagne électorale de 2016 et les activités commerciales de Trump. Mais sans la base solide d’un rapport Mueller contenant des preuves incriminant le président, ceux-ci risquent d’être accusés de tirer sur la corde.

Innocence comme moteur de campagne

 « C’est un jour exceptionnel pour Donald Trump », estime l’historien Douglas Brinkley. « Maintenant il n’a plus les poings liés. Il va pouvoir diaboliser les médias et les démocrates pour avoir perpétré ce qu’il qualifie de canular. Il va aussi pouvoir utiliser son innocence comme moteur pour sa campagne. » La question qui se pose désormais pour Trump est de savoir s’il va pouvoir instaurer de la discipline dans sa communication de campagne et dans la présidence elle-même.

L’histoire suggère qu’il aurait des difficultés à se canaliser. Pas plus tard que la semaine dernière, il s’est livré à une lutte acharnée avec le défunt sénateur républicain John McCain, l’accusant à tort d’être à l’origine de certaines des allégations de collusion portées contre lui. Il prend parfois des décisions abruptes et déconcertantes, comme ce fut le cas la semaine dernière lorsqu’il a annulé une série de sanctions contre la Corée du Nord avant même qu’elles n’aient été imposées. Malgré les conclusion du rapport, Trump reste un président imprudent, capable de s’en prendre à tous ses détracteurs.

« C’est une tentative illégale qui a échoué », a-t-il déclaré dimanche, alors même que Robert Mueller a laissé ouverte la question de l’obstruction à la justice dans le cadre de l’enquête russe. Pour l’expert républicain Scott Reed, le moment est venu de repartir à l’offensive sur des sujets comme l’économie et la croissance. « C’est le bon moment pour remettre une bonne dose de discipline dans la communication de l’ensemble de l’administration, des ministères et de la Maison blanche. C’est ce qui se passe quand un événement du genre arrive », explique-t-il.

Un vent favorable

La première réaction de Trump à l’annonce des conclusions laissait entendre qu’il était peu enclin à passer outre cette enquête. « C’est une honte que notre pays ait dû traverser cela. Et j’espère que quelqu’un va regarder de l’autre côté », a déclaré Trump à la presse avant d’embarquer à bord de son avion Air Force One pour rentrer à Washington.

Un porte-parole de la Maison blanche a ensuite indiqué que Donald Trump n’envisageait pas pour l’instant de réclamer l’ouverture d’une enquête du département de la Justice sur les opposants politiques du président. Le chemin vers la réélection reste périlleux pour Trump. Les analystes estiment qu’il devra probablement remporter les États du Midwest du Michigan, de Pennsylvanie et du Wisconsin, comme lors de sa victoire en 2016, alors que les démocrates dépensent déjà des ressources dans ces États.

Donald Trump devrait annoncer sa communication de campagne jeudi soir lors d’un rassemblement « Make America Great Again » dans le Michigan.

Les partisans du président considèrent que le rapport Mueller est un coup dur pour les nombreux candidats à l’investiture démocrate en 2020. « C’est très problématique pour tout démocrate candidat à la présidence en 2020 qui espérait affronter un président affaibli ou à terre », souligne Jason Miller, ancien conseiller de Donald Trump pendant la campagne. « Finalement, le président Trump va probablement profiter d’une hausse dans les sondages et d’un vent favorable qui va le pousser vers les prochaines élections ».

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire