Législatives et locales 2017 : Pascal Tsaty Mabiala confirme la participation de l’Upads

0

A 48 heures de l’ouverture de la campagne électorale, le premier secrétaire de l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads), Pascal Tsaty Mabiala est revenu sur la volonté affichée de son parti de participer à ce double scrutin prévu le 16 juillet prochain, appelant toutefois à une transparence des opérations sur toute la chaîne.

 Au cours d’une conférence de presse animée mercredi au siège de l’Upads, Pascal Tsaty Mabiala a déclaré qu’à ce jour, le fait dominant de la situation politique nationale est la tenue dans quelques jours des élections législatives et locales. « C’est donc un fait avéré que l’Upads sera présente dans la course électorale », a-t-il réitéré avant d’ajouter, « l’Upads s’est éloignée de la logique du boycott que malheureusement certains de nos amis de l’opposition ont choisie au motif, entre autres, de la crise du Pool ».

Expliquant les raisons de la décision prise par son parti, le premier secrétaire, a indiqué que l’Upads a une vision et des ambitions politiques particulières, à savoir, « reconquérir de manière démocratique et légale le pouvoir qu’il a perdu. Et nous ne pouvons pas atteindre cet objectif si nous sommes à l’écart de ce processus ».

Ainsi, pour concrétiser son rêve et malgré les aléas dus au manque de transparence et caution de participation jugé trop élevée (1.500.000 Fcfa pour les législatives et 500.000 Fcfa pour les locales), l’Upads a pu présenter quarante-trois candidats aux élections législatives et quarante-sept listes aux locales, dans huit départements.

Avec ce nombre limité, faute de moyens financiers, Pascal Tsaty Mabiala s’est dit confiant et pense que son parti fera une bonne performance mieux que le nombre d’élus obtenu à la 13ème législature. Il a mis en garde contre toute tentative de fraude ou de tripatouillage des résultats.

« La paille est tellement sèche qu’il faut éviter la moindre étincelle qu’offriraient la fraude, le vol des consciences et le rapt des résultats. Il faut dans ce combat, au demeurant inégal, asseoir la transparence pour garantir l’unité et la paix combien nécessaires », a renchéri le premier secrétaire de l’Upads.

La situation sécuritaire dans le Pool

 Pascal Tsaty Mabiala s’est dit écœuré par la crise du Pool, regrettant que celle-ci soit devenue un fonds de commerce pour certains.  Cette crise devait, selon lui, devrait interpeller tous les Congolais, afin qu’une solution idoine et pacifique soit trouvée à l’immédiat.

« Cela fait plus d’un an que le département du Pool vit dans ce climat de terreur. Nous pensons que seul le dialogue entre les belligérants est la solution la plus idoine pour ramener la paix dans ce département », précise l’orateur du jour.

S’agissant de la crise financière et économique causée par l’effondrement drastique et brutale des prix du pétrole, l’Upads propose une piste de sortie. Elle suggère au gouvernement, entre autres, de réunir dans les meilleurs délais, les organisations syndicales, les partis politiques et la société civile afin de réfléchir sur la réduction du train de vie de l’Etat, avant que les institutions de Bretton Woods ne nous imposent son programme d’Ajustement structurel.

« Tous les indicateurs financiers même les plus optimistes placent le Congo en état d’insolvabilité et peut-être déjà en cessation de paiement. Il ne s’agit pas de nous en réjouir, bien au contraire, de toucher la fibre patriotique des uns et des autres en proposant des solutions qui conviennent », a-t-il suggéré.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire