Législatives et locales 2017 : le Collectif des partis de l’opposition congolaise met en cause les résultats des scrutins

0

Au cours d’une conférence de presse animée le 05 août à Brazzaville, laquelle a porté sur trois points parmi lesquels le rappel de la position du Collectif des partis de l’opposition congolaise(Cpoc), signataire de la déclaration de 2012, celui-ci a appelé à l’annulation des scrutins du 16 et 30 juillet dernier.

 

« L’annulation des élections des 16 et 30 juillet 2017 est nécessaire pour redonner à notre pays toute sa crédibilité mise à mal par un système mis en place non pas pour organiser des élections libres et transparentes en vue de constituer une Assemblée nationale et un Sénat qui soient l’expression de la volonté populaire, mais simplement pour nommer des hommes et des femmes soumis à un pouvoir », a déclaré Raymond Serge Mviri, un des membres du comité restreint de ce collectif des partis de l’opposition congolaise dirigé par l’ancien ministre des Finances, Mathias Dzon.

Ce groupement de partis qui a par ailleurs porté une appréciation sur les conditions d’organisations de ces élections, a laissé entendre que celles-ci ont été organisées sur des bases fausses au regard de la loi électorale qui, selon ce même collectif, confie l’organisation de toutes les opérations pré-électorales, électorales et post-électorales au ministère de l’intérieur avec un corps électoral qui reste peu fiable et étant objet de nombreuses manipulations.

« Un découpage électoral taillé sur mesure et qui en conséquence ne s’appuie pas sur les critères démographiques universellement reconnus dans tout système démocratique, sans oublier la débauche d’argent », a renchéri le Cpoc.

La solution pour sortir le Congo de cette situation, a rappelé ce groupement de partis de l’opposition congolaise, passe par la tenue d’un dialogue national inclusif qui doit réunir sans exclusive toute la classe politique congolaise et la société civile en se donnant un certain nombre d’objectifs au  nombre desquels : l’apaisement du climat de tension, la solution politique et psychologique durable à la crise du Pool, la révision fondamentale de la gouvernance électorale mise en place depuis 2002 afin d’aller vers des élections justes, transparentes et véritablement démocratiques.

 

 

 

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire