Le vivre-ensemble : l’Association désir d’unité s’approprie l’appel de la francophonie

0

Par la voix de son président, Jean De Dieu Kourissa, l’organisation a réagi favorablement, le 23 octobre à Brazzaville, à l’invite de la francophonie lancée lors de son dernier sommet tenu à Erevan, en Arménie, réitérant la nécessité, pour les Etats membres de cette organisation, de consolider la cohabitation harmonieuse entre individus.

Dans sa déclaration, Jean De Dieu Kourissa qui milite au niveau national pour le vivre-ensemble a saisi cette opportunité afin de rappeler à l’ensemble des Etats membres de la francophonie l’impérieuse nécessité de cultiver davantage l’esprit de cohésion et d’unité, principale identité du « Vivre-ensemble ».  

Développant le concept, le président de l’Association désir d’unité (ADU) classifie le vivre-ensemble en trois catégories. Le député de Poto-Poto 1 définit en premier lieu le vivre-ensemble comme étant l’exigence du nationalisme et de la citoyenneté.

« La nation, le nationalisme et le patriotisme sont autant d’avenues de la citoyenneté de qualité. Le vivre-ensemble nous rend sensible à l’évolution de la citoyenneté des privilégiés et donc pour aborder le primat au privilège d’être citoyen. C’est dire que la volonté de vivre-ensemble doit-être validée par la culture de l’unité et de la diversité », a indiqué Jean De Dieu Kourissa.

Le président de l’ADU définit aussi le vivre-ensemble comme étant une fraternité, un attachement. Il signifie, selon lui, que tous les francophones du monde veulent vivre dans la solidarité et dans l’amitié, comme des frères pour un lendemain meilleur, plus radieux et harmonieux car au cœur du vivre-ensemble, a-t-il ajouté, il n’y a pas de haine, de rancœurs, de conflits et de frontières.

Argumentant son propos, Jean De Dieu Kourissa a renchéri que la culture du vivre-ensemble voudrait que les peuples se rassemblent dans une éternelle espérance en l’avenir car tous les hommes se rassemblent dans l’égalité de droits.

Adaptant le concept au niveau national, le président de l’ADU a indiqué que la vie en cohésion renforce la volonté participative des citoyens et développe la prise de conscience, la reconnaissance de la diversité ainsi que l’unité dans la diversité et vice-versa.

« Autant le Congo est un et indivisible, autant les Congolais sont ‘’un’’ et multiples. Le repli sur soi contre lequel l’ADU lutte âprement tout comme la xénophobie, est un danger rampant qui mine la République dans son unité et sa multiplicité », a-t-il poursuivi.

Concluant son propos, le leader de l’ADU a fait savoir que pour réussir cette noble et exaltante tâche de construction d’un vrai vivre-ensemble au cœur de la francophonie, ses membres doivent continuer de promouvoir la volonté de bien vivre en communauté au sein de cet espace et de participer au développement de l’Afrique ainsi que d’autres pays francophones.

Légendes et crédits photo : 

Jean De Dieu Kourissa

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire