Le PSN exige une transition « sans Kabila » et le départ de Nangaa

0

Pour le Peuple au Service de la Nation (PSN), parti de l’opposition et membre de la Dynamique de l’opposition, le président de la CENI « n’a pas qualité à titre individuel et sans consultation avec les autres organes partenaires des accords de déclarer unilatéralement la non organisation des élections. »

Dans son communiqué publié mardi, ce parti né dans la diaspora affirme que le responsable de la crise politique n’est autre que le président Joseph Kabila. « Monsieur JOSEPH KABILA ne veut pas organiser des élections ou il est stipulé que sa participation est nulle et non avenue« , renseigne le communiqué signé par son président, Rudy Mandio.

« Comme il l’a déclaré en Afrique du Sud ; Monsieur KABILA se sert des dialogues à répétitions pour s’éterniser au pouvoir par les faits des accords qui en découlent et qui sont une source de légitimité pour son pouvoir en dehors de la Constitution« , accuse-t-il.

Le PSN appelle alors à la démission et au remplacement de Corneille Nangaa: « faute d’avoir organisé les élections dans le délai stipulé par l’accord de la Saint Sylvestre« , et à la refonte de la CENI, ainsi que la désignation « d’un nouveau Président de cette dernière dont l’impartialité et la neutralité seront prouvées. »

Pour Rudy Mandio, cette refonte s’impose.  « Techniquement parlant, explique-t-il, cela demande une évaluation proprement dite du travail qu’a déjà effectué la CENI à ce jour. Car jusque-là, on note quand même une certaine évolution grâce à l’appui de la Monusco à la CENI »

« Je pense que la question du temps ne sera plus un problème car après évaluation, nous demandons à d’autres organisations internationales en matière électorale de venir en appui à la CENI pour faire avancer les choses plus vite, afin de permettre la tenue des élections dans le délai. À mon avis, je pense que l’OIF par exemple pourra nous assister dans ce travail« , confit-il à POLITICO.CD.

Une « courte » transition sans Kabila

Le parti de M. Mandio appelle également à un nouveau dialogue, sous l’égide de l’ONU. « Vue la complexité de la crise Congolaise, faire appel à l’ONU pour l’organisation dans un bref délai d’un dialogue pour la mise en place d’une période transitoire afin de trouver une personne intègre, fiable et viable qui va amener le pays aux élections« , explique son communiqué.

« Nous ne parlons pas d’un dialogue pour maintenir monsieur Kabila à la tête du pays mais d’une rencontre entre Congolais venant de plusieurs composantes sous l’égide de la communauté internationale pour remettre le pays sur les rails et dans la voie de la démocratie », explique M. Mandio.

Pour lui, cela reste « la seule solution », « car nous comprenons la mauvaise foi de Mr Kabila concernant l’organisation des élections car celles-ci signent son départ. Alors l’avenir de 70 Millions ne peut en aucun cas être hypothéqué pour l’intérêt d’un seul homme.

Comme le Rassemblement dirigé par Félix Tshisekedi, le PSN appelle à une transition « sans Kabila », pour mener le pays vers des élections.  « Nous devons tailler l’avenir du pays sans lui par une transition courte sans M. Kabila, et qui aura pour mission principale l’organisation des élections afin de remettre le pays sous l’ordre constitutionnel », conclut-il.

Source : Politico CD

Laisser un commentaire