Le palmarès du Congo et de ses concurrents

0

Dans sa mission de retrouver le podium, le  Congo, pays organisateur de la compétition,  n’aura pas une tâche aisée. D’ici au 12 décembre, il devrait lutter face à  d’autres concurrents et pas les moindres. La plupart ont renforcé leur ossature par les présences des joueuses binationales.

Le Congo

Le handball s’est développé au Congo après les premiers Jeux africains de 1965 à Brazzaville. Ayant pris goût de la discipline, les Diables rouges participent à leur première compétition en 1972 lors de la Coupe d’Afrique centrale organisée à Brazzaville. Elle avait regroupé le Cameroun, la République centrafricaine et le Congo.  Les Diables rouges dames remportaient le trophée. Il fallait attendre quatre ans plus tard, notamment en 1976, pour voir le Congo disputer sa première Coupe d’Afrique des nations (CAN). Les Diables rouges occupaient  alors le 3e rang, de bon augure pour les compétions à venir.  Trois ans plus tard, le Congo s’affirmait sur l’échiquier continental en remportant quatre fois d’affilée la compétition (1979, 1981, 1983 et 1985).  Les éditions suivantes, les Congolaises régressèrent, se contentant de jouer les seconds rôles. Elles occupaient  entre la 3e et la 2e place de 1987 jusqu’en 2000.  En 2004, le Congo est classé 5e avant de retrouver sa troisième place  de 2006 à 2008. En 2010, il rate le podium et se classe 5e  avant de faire mieux en 2012 et 2014 (3e et 2e ). En 2016, le Congo termine à la 4e place après la disqualification du Sénégal. 

Les Diables rouges dames, rappelons-le, furent les premières en Afrique à participer aux Jeux Olympiques en 1980 à Moscou, se classant 6es. Elles ont disputé plusieurs phases finales de la Coupe du monde sans trop briller. Leur dernière participation remonte en 2009, occupant le 20e rang.

L’Angola

Le président de la Fédération congolaise de handball disait qu’en Afrique, il y a l’Angola et les autres. Le Congo fait partie des autres. La sélection angolaise qui remettra son titre en jeu à l’occasion de cette deuxième édition du Challenge Edith- Lucie-Bongo-Ondimba est candidate à sa propre succession. L’Angola domine le handball africain depuis 1989, année au cours de laquelle l’équipe nationale a remporté sa première CAN. Après, il a enchaîné des performances qu’aucune nation africaine n’est capable d’égaler à ce jour.  Il a été sacré huit fois champion d’Afrique consécutif de 1998 à 2012.  L’Angola compte douze titre continentaux en dix-neuf participations (1989,1992,1994,1998, 2000,2002,2004, 2006,2008,2010,2012).

 La République démocratique du Congo (RDC) 

La sélection nationale, Les Léopards, n’a jamais remporté la CAN de handball. Mais, ces derniers temps, elle aligne des résultats plus qu’honorables.  La RDC a disputé sa première finale malheureusement perdue en 2014, face à la Tunisie, confirmant ainsi sa bonne progression puis qu’en 2012, elle avait occupé la troisième place.  En 2016, en Angola, cette équipe a régressé en occupant cette fois-là le 8e rang comme en 1992, 2002 et 2010. Entre 2004 et 2008, la RDC se contentait des septième, sixième et cinquième places.

La Guinée 

La sélection de la Guinée  continue sa phase d’apprentissage. Son palmarès à la phase finale n’est pas éloquent. Elle participe pour la première fois en 2014 et termine huitième sur huit équipes. En 2016, elle améliore son classement en terminant septième sur neuf équipes.

Le Maroc 

C’est pour la première fois que le Maroc se qualifie pour la phase finale sans être pays organisateur. Il a participé à la compétition à trois reprises en tant que pays organisateur et s’est contenté de la dernière place.  Le Maroc arrive pour la première fois à la phase finale de la CAN en 1987  chez lui. Il est dernier sur huit équipes.  En 2002, il revient à la charge dans l’organisation et se contente une fois encore de la dernière place. En 2012, il termine dixième sur dix équipes.

Ceux du groupe opposé

La Tunisie 

La Tunisie compte parmi les plus récompensés du continent. Elle a déjà remporté à trois reprises la CAN en 1974, 1976 et 2014. Elle a été finaliste à cinq reprises (1981, 2006,2010, 2012 et 2016) puis a déjà remporté la médaille de bronze à deux reprises (2000 et 2002). C’est un concurrent à craindre dans ce tournoi.

Le Sénégal 

C’est une sélection en nette progression ces dernières années. Médaillé d’argent à la CAN de 1974, le Sénégal a gagné la médaille de bronze aux Jeux africains en éliminant, d’ailleurs, le Congo. En 2016, à Luanda, il a atteint les demi-finales avant d’être disqualifié par le Comité d’organisation.

La Côte d’Ivoire 

Deux fois championne d’Afrique en 1987 et 1996, la Côte d’Ivoire est un habitué de la compétition et des podiums.  En 1985, 1989,1994,2002 et 2008, elle a échoué en finale. En 1992, 1998, 2004 et 2010, elle s’est contentée de la médaille de bronze. Entre 1979 et 1983, la Côte d’Ivoire a occupé le 4e rang. Son mauvais classement est celui de 2012, année au cours de laquelle elle a occupé la 7e place alors qu’en 2000  et 2016, elle a été 5e  puis 6e en 1991.

 Le Cameroun 

La sélection camerounaise participe à la CAN depuis 1979 sans l’avoir gagnée. Elle a déjà été finaliste à trois reprises, notamment en 1979, 1987 et 2004 puis a déjà remporté également à trois reprises la médaille de bronze en 1983,1985 et récemment en 2016 en Angola. A Brazzaville, elle peut faire encore mal.

L’Algérie 

Vainqueur des Jeux africains en 1978, l’Algérie court toujours derrière son premier titre continental. Elle a été en finale à la CAN 1996 puis a gagné à trois reprises la médaille de bronze (1976,1979 et 1994)

Légendes et crédits photo : 

Les sélections du Congo et de l’Angola / DR

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire