Le Pakistan ferme son espace aérien après avoir abattu deux avions indiens

0

Le Pakistan a fermé son espace aérien ce mercredi. Plus tôt dans la journée, Islamabad a affirmé avoir abattu deux avions indiens, dont les pilotes ont été capturés.

Vers une escalade ? Le Pakistan a fermé son espace aérien « jusqu’à nouvel ordre », a indiqué mercredi l’Autorité de l’aviation civile (CAA) alors qu’Islamabad a affirmé plus tôt avoir abattu deux avions de l’armée de l’air indienne. « La CAA a officiellement fermé son espace aérien jusqu’à nouvel ordre », a-t-elle indiqué sur Twitter. Un porte-parole de l’armée pakistanaise a précisé que cette décision avait été prise « en raison des circonstances ».

Une source proche de la CAA a indiqué que toutes les compagnies aériennes avaient reçu pour instruction de « suspendre leurs opérations au Pakistan jusqu’à nouvel ordre ». Côté indien, au moins 5 aéroports ont également été fermés et de nombreux vols annulés, ont indiqué des responsables du secteur sous couvert d’anonymat. L’Autorité indienne de l’aviation civile n’a fait aucun commentaire dans l’immédiat.

Deux avions indiens abattus

Plus tôt dans la journée, un porte-parole de l’armée a affirmé sur Twitter que le Pakistan avait « abattu » deux avions indiens à l’intérieur de son espace aérien. Une nouvelle intervenant au lendemain d’une « frappe préventive » de l’Inde au Pakistan, qui a provoqué une nouvelle flambée de tensions entre les deux puissances nucléaires d’Asie du Sud.

« En réponse à des frappes de l’armée de l’air pakistanaise ce matin […] l’armée de l’air indienne a traversé la Ligne de contrôle » qui sert de frontière de facto entre Inde et Pakistan dans la région disputée du Cachemire, a indiqué le général Asif Ghafoor.

« L’armée de l’air pakistanaise a abattu deux avions indiens dans l’espace aérien pakistanais ». Un des avions est tombé au Cachemire indien et l’autre au Cachemire pakistanais, selon lui. Les deux pilotes ont été capturés, et l’un d’eux conduit à l’hôpital, selon l’armée.

Un raid contre un groupe islamiste

Le ministère pakistanais des Affaires étrangères a également indiqué que l’armée de l’air avait mené des frappes « de l’autre côté de la ligne de contrôle » visant « des cibles non militaires, évitant des pertes humaines et des dommages collatéraux ». « Le seul objectif est de démontrer notre droit, notre volonté et notre capacité d’autodéfense », indique le ministère. « Nous n’avons aucune intention d’escalade mais sommes entièrement préparés à le faire si nous sommes forcés à un tel paradigme ».

Un haut responsable du gouvernement de l’État indien du Jammu-et-Cachemire avait auparavant affirmé que des chasseurs pakistanais avaient brièvement franchi la frontière de facto entre les deux pays au Cachemire et été repoussés par l’armée de l’air indienne.

L’armée indienne a assuré avoir mené mardi un raid contre un camp d’entraînement du groupe islamiste Jaish-e-Mohammed, très actif dans la lutte armée contre New Delhi dans la vallée de Srinagar, disant y avoir tué « un très grand nombre » de combattants.

Islamabad avait dénoncé une « agression intempestive » et promis d’y répondre « à l’heure et à l’endroit de son choix ». Le Pakistan nie le déroulé de la « frappe » et fait seulement état d’une incursion d’avions indiens dans son espace aérien, qui auraient largué une charge utile qui n’aurait fait ni dégâts ni victimes selon cette version.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire