Le ministre She Okitundu fait grimper le prix du passeport à 195 USD

0

Le vice-Premier minsitre des Affaires étrangères, Léonard She Okitundu, a annoncé en juin dernier la fin d’une grève de plus de huit mois au sein de son ministère, touchant le service de délivrance de passeports en République démocratique Congo. Les fonctionnaires de cette institution réclamaient alors une redistribution équitable des recettes de la vente des passeports.

Comme solution, le ministre Okitundu a signé un arrêté ajoutant un « bonus » de 10 dollars américains au prix initial du passeport par individu, jusque-là fixé officiellement à 185 USD.  Si cet arrêté est une solution directe aux revendications des agents et cadres de l’administration des Affaires Étrangères, il vient faire grimper le prix d’un passeport congolais, déjà sujet à polémique, de 185 à 195 USD.

En effet, dans une enquête publiée jeudi 12 avril dernier, l’agence britannique Reuters affirme que des proches du président Joseph Kabila sont les grands bénéficiaires dans le marché des passeports biométriques en République démocratique du Congo, confié à la société belge Semlex.  Alors que les Congolais doivent payer autour de 185 $ minimum pour se procurer ce nouveau passeport instauré en 2015, l’Etat ne recevrait que 65$ de tous ces frais, affirme l’agence Reuters. 

Le ministre She Okitundu fait grimper le prix du passeport à 195 USD

La révélation a entraîné des véritables protestations en République démocratique du Congo où des opposants ont même demandé aux autorités judiciaires d’enquêter sur la situation. De son côté, le gouvernement admet la situation, sans toutefois parler de « scandale », démentant que des proches du président Joseph Kabila soient des principaux bénéficiaires de ce marché.  En Belgique, ancienne puissance coloniale, les autorités judiciaires ont annoncé une enquête « depuis le début de l’année 2017« , toujours au sujet de ce marché congolais des passeports.

Dans son arrêté, consulté par le site ZoomEco.net, le ministre Okitundu explique que la répartition de ces fonds à percevoir pourrait « garantir la paix sociale au sein de l’administration« , accordant 80% pour la motivation du personnel, 5$ pour le Cabinet du Ministre, 5% pour le Secrétariat Général, 5% pour la Caisse sociale, 4% pour l’appui aux Directions, au prorata de leur personnel et 1% pour les agents de sécurité et de nettoyage.

Source : Politico CD

Laisser un commentaire