Le général Kasongo rappelle des policiers à l’ordre

0

Le Commissaire provincial de la Police ville de Kinshasa, le général Sylvano Kasongo tape du poing sur la table. Il met en garde les éléments des forces de l’ordre qui ternissent l’image de la police, en profitant de la mission du contrôle de conformité des taxis-bus aux nouvelles mesures de sécurité pour tracasser la population. Cette admonestation a été faite hier, mercredi 11 juillet, au cours d’une réunion de commandement.

Ce fut une réunion de commandement, on ne peut plus particulière hier à l’inspection provinciale de la Police. En ce sens qu’elle a connu la participation des corps civils dont les dirigeants de l’Association des chauffeurs du Congo (ACCO), venus traiter ensemble avec les autorités policières, des questions liées à la sécurité dans la ville de Kinshasa.

Le général Sylvano Kasongo s’est dit, d’entrée de jeu, conscient des réclamations des conducteurs quant aux tracasseries dont ils sont victimes de la part de certains agents de l’ordre malintentionnés. Il promet ainsi de tout mettre en œuvre afin de sanctionner sévèrement ces éléments qui souillent, par leur comportement sur terrain, la réputation de la PNC.

LA SECURITE, RIEN QUE LA SECURITE DE LA POPULATION ET DE LEURS BIENS

« Notre travail reste celui de sécuriser les populations et leurs biens. Qu’elles soient en paix et qu’elles se promènent en toute quiétude. Ça nous fait foncièrement mal en tant qu’autorités policières d’apprendre que la tranquillité de la population est menacée », a indiqué le général Kasongo.

Il a rappelé aux policiers présents dans la salle que leur rôle sur terrain, durant cette période de contrôle de conformité des transports en commun aux normes de sécurité prises par les autorités, n’est pas de déranger les paisibles citoyens en les rançonnant.

« En vous déployant sur terrain, nous visons exclusivement un objectif sécuritaire. Tout ce que nous voulons est que premièrement, tous les transports en commun, bus, taxis-bus, voiture, soient peints en jaune et qu’ils soient dotés d’un numéro d’identification qui doit être visible de part et d’autre du véhicule », a précisé le général

GARE AUX FALSIFICATEURS DES AUTOCOLLANTS D’IDENTIFICATION

Il est hors de question, martèle le patron de la sécurité dans la ville de Kinshasa, de voir des policiers commis au contrôle de la couleur et du numéro d’identification exiger du conducteur le permis de conduire, la carte rose ou autres documents. Des réquisitions qui, précise-t-il, relèvent de la compétence de la Police de circulation routière (PCR).

L’occasion faisant le larron, les autorités policières ont profité de ce face-à-face avec les dirigeants de l’Association des chauffeurs du Congo (ACCO) pour présenter des véhicules confisqués parce que portant des numéros d’identification falsifiés.

« Nous venons de porter les doléances des conducteurs sur la table du commissaire provincial de la Police, le général Sylvano Kasongo. Nous attirons, cependant, l’attention des chauffeurs et des propriétaires de véhicules en leur demandant de n’acheter des numéros d’identification qu’aux sites indiqués », a exhorté le président de l’ACCO.

LE RECRUDESCENCE DU PHENOMENE DEMI-TERRAIN

Les endroits officiels retenus pour l’achat du numéro d’identification sont, entre autres, la division urbaine des transports, située au croisement des avenues Colonel Ebeya et Wangata à Gombe, l’Office des routes sur l’avenue du Poids lourd, les maisons communales de Kalamu et Kimbanseke, ainsi que l’INPP, à la 11ème rue Limete industriel.

Avant de clore cet entretien de plus d’une heure, le général Sylvano Kasongo a tenu à attirer l’attention des animateurs de l’ACCO sur la recrudescence du phénomène « demi-terrain ». Il annonce que ses éléments vont bientôt être chargés de traquer tous les conducteurs qui se permettent de morceler des itinéraires connus en de petites courses, question de se faire de l’argent.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire