Le départ de Bahati. FCC : un colosse aux pieds d’argile ?

0

Après la fronde de Bahati qui a ramené dans sa gibecière plus de quarante députés de sa famille politique, la majorité du FCC est en ballotage.

Cinq mois passés qui l’eut cru ? Lorsque les membres de la kabilie prêtaient allégeance à leur mentor dans la ferme de Kingakati, seul un esprit tordu aurait pu imaginer cette scène !

Il a fallu oser. Modeste Bahati a défié l’autorité morale du Front commun pour le Congo et depuis, les langues se délient à l’intérieur de la famille politique de l’ex-chef de l’Etat, Joseph Kabila, concernant la gourmandise du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), première force politique du Front commun pour le Congo (FCC) à l’issue des élections législatives du 30 décembre 2018.

Les frustrations au sein du FCC sont de nature à provoquer la nouvelle configuration de la Majorité composée de la coalition FCC – CACH devenue fragile depuis que Modeste Bahati a fait savoir qu’il reste dans la Majorité pour soutenir le tandem Félix Tshisekedi et Ilunga en dépit de son départ du clan Kabila.

Face l’imbroglio qui règne, Félix Tshisekedi qui tire les ficelles, risque de devenir le seul maitre du jeu.

D’ores et déjà l’on peut envisager une nouvelle configuration au sein du parlement. Il n’est pas exclu que le 5ème président de la République démocratique du Congo, mijote de se reconstituer une nouvelle majorité simple de 251 députés nationaux, CACH, Lamuka, AFDC, MLC – ce, malgré les invalidations de leurs députés par la Cour constitutionnelle – et les indécis.

D’autant plus que le sénateur Modeste Bahati Lukwebo tient à garder son quota à la chambre basse. « Tous se sont présentés aux élections avec l’étiquette AFDC-A […] quiconque quittera l’AFDC-A perdra automatiquement son siège, conformément à la loi électorale », insiste Bahati Lukwebo.

Félix Tshisekedi est déjà en pourparlers avec Moïse Katumbi, selon certaines indiscrétions, qui a un nombre important de députés pour renverser la situation.

Le climat de méfiance entre le FCC et le CACH suite au refus de Wivine Mumba, ministre du portefeuille de mettre en exécution les ordonnances du chef de l’Etat nommant les mandataires à la GECAMINES et SNCC a provoqué une douche froide entre Félix Tshisekedi et Joseph Kabila.

Les tentatives du président togolais de réconcilier les deux alliés semblent avoir accouché d’une souris.

Une chose est vraie, en politique, les alliances se font et se défont.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire