« Le cobalt peut générer, à lui seul, le total des recettes minières : 1 milliard USD », prof. Musha

0

Durant jour, du 11 au 12 avril 2018 au centre de recherche Arrupe de Lubumbashi (Haut-Katanga), des opérateurs miniers, économiques ainsi que des représentants du gouvernement ont cogité sur les enjeux économiques, sociopolitiques et environnementaux globaux. Des échanges serrés ayant permis aux participants de comprendre les bienfaits du cobalt et la façon dont il peut faire basculer l’économie de notre pays.  » Avec un chiffre d’affaire de $ 10 milliards par an, si l’on n’impose une redevance de 10%, le cobalt peut générer à lui seul, $ 1 milliard sans les autres minerais. Soit, le total des recettes minières  » a justifié Florent Musha, professeur à l’Université de Lubumbashi.


Florent Musha, Professeur à l’Université de Lubumbashi

Durant deux jours, en effet, 3 panels ont été organisés et animés par plusieurs professeurs et quelques cadres des entreprises minières. Le premier panel a étudié le cobalt et ses enjeux stratégiques. Quant au deuxième, il a porté sur l’industrie minière et l’énergie stratégique. Le troisième, enfin, s’est focalisé sur « le cobalt et la politique publique des enjeux stratégiques ».

Comment gagner avec nos minerais stratégiques ? Quels seront les règlements stratégiques de nos minerais ? Telles sont les questions qui ont été évoquées pour formuler les recommandations qui devraient être soumises aux autorités.

Les recommandations

« Aller à la production des métaux », est la principale recommandation soutenue par Jean-François Armenian, cadre de la société qui a demandé aussi de voir à court terme l’exploitation du cobalt ; de créer une école des mines artisanales afin d’encadrer les Congolais qui veulent hâtivement œuvrer dans ce secteur ; de donner des notions à l’artisan miniers comme être Congolais pour être négociant ; de mettre en place des groupes des matières premières ; de promouvoir la création d’une section métallurgique pour assurer la provision.

En ce qui concerne la politique minière, il faut identifier les minerais stratégiques ; avoir une industrialisation chimique pour attirer les investisseurs ; protéger les frontières nationales afin d’arrêter la commercialisation des matières brutes ; encourager l’entreprenariat et apporter des capitaux frais.

Au sujet du cobalt face à la technologie, les panelistes ont proposé la création d’un lobbying avec des jeunes et leur encadrement afin qu’ils produisent non seulement des batteries, mais encore voir des grandes choses.

Il faut signaler que ces assises ont notamment permis aux chercheurs d’approfondir davantage leurs recherches sur le cobalt qui demeure jusque-là une richesse de notre sous sol mondialement stratégique.

 

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire