Le cambrioleur oublie sa facture de pied de biche dans la maison qu’il visite

0

C’est le fruit de plusieurs mois d’enquête. Les policiers du commissariat de Rennes ont interpellé, mardi matin, trois individus. Avec un autre homme déjà incarcéré, ils auraient à leur actif 43 cambriolages entre août 2018 et janvier 2019. Et quelques bourdes…

Ils avaient écumé les maisons du boulevard de Verdun et des quais, à Rennes, entre août 2018 et janvier 2019. En tout, 43 cambriolages dont plusieurs home-jackings. Les cambrioleurs volaient tout ce qui pouvait facilement se revendre dans les maisons. Et ils n’hésitaient pas à repartir avec la voiture présente dans le garage.

Travail de fourmi

Une razzia qui a cependant pris fin le 26 janvier dernier. Ils cambriolent une maison où se trouvent encore les propriétaires. Ils vont les séquestrer avant de prendre la fuite. La police judiciaire, chargée de l’enquête va réussir à identifier le principal auteur des faits et l’interpeller. Un homme de 19 ans. Il écopera de 24 mois de prison ferme.

Mais l’équipe cambriolage du commissariat de Rennes continue d’enquêter sur la série de vols par effraction. Un travail de fourmi qui va leur permettre d’identifier quatre personnes, dont le jeune de 19 ans. Grâce aux prélèvements ADN, à des empreintes, mais aussi à des recoupements de géolocalisation téléphoniques. Ou à des preuves plus surprenantes.

Rattrapé par la facture

Sur les lieux d’un des cambriolages, les policiers ont en effet retrouvé une facture d’achat… de pied de biche. Après avoir identifié le magasin dans lequel l’outil a été acheté, ils visionnent les vidéos de surveillance des caisses. Et reconnaissent alors le chef de la bande. D’autres vidéos montrent également certains des auteurs en train de retirer de l’argent… avec des cartes bleues volées !

Outre le jeune adulte toujours incarcéré, les trois autres cambrioleurs, âgés de 17 à 21 ans, ont été remis en liberté. Ils feront l’objet d’une convocation ultérieure devant le tribunal correctionnel

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire