Le braille : un outil pour la réinsertion sociale des aveugles

0

Le directeur général de la Réadaptation au ministère des Affaires sociales, Guy Landry Diazitoukoulou, a indiqué, le 4 janvier, que l’écriture braille occupe une place de choix dans la vie des personnes vivant avec handicap visuel.

Guy Landry Diazitoukoulou a souligné l’importance du braille dans sa communication donnée sur le thème « Les enjeux de l’écriture braille dans la vie d’une personne déficiente visuelle », à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de cet instrument. L’écriture braille, a-t-il poursuivi, permet d’alphabétiser les aveugles de naissance, tardifs ou devenus à travers des cours d’initiation. Elle est l’une des écritures rendues disponibles à la personne vivant avec handicap visuel pour la représentation de sa pensée par des signes tactiles conventionnels mais aussi pour l’ameublement de son intellect afin d’échapper aux spéculations de la vie, a-t-il ajouté.

Selon lui, tout aveugle qui voudrait avoir une place dans la société est appelé à apprendre l’écriture braille dont le créateur est le français Louis Braille, en 1824. « Avoir un enfant handicapé n’est pas une fin en soi parce que grâce à l’Institut national des aveugles du Congo et l’école inclusive de Kintélé en construction par l’organisation Viens et vois, les enfants déficients visuels du Congo seront en mesure d’être scolarisés, de devenir les cadres. Si les valides utilisent les yeux pour lire, les aveugles utilisent l’écriture braille », a-t-il déclaré.

Le directeur général de la Réadaptation a invité les personnes valides à avoir du respect et de la considération pour des personnes vivant avec handicap. Armand Guy Ndinga Okossa, membre du comité de pilotage de l’ONG Viens et vois, a rendu compte de l’évolution des travaux de l’école inclusive de Kintélé et du siège de l’association. Selon lui, les travaux de l’école inclusive financés par la Mission évangélique braille suisse s’exécutent normalement. Les portes de cette école, a-t-il promis, s’ouvriront en octobre prochain. La création de cette école est de permettre aux déficients visuels vivant dans les périphéries de Kintélé d’avoir accès à l’écriture braille. 

Outre ces communications, une démonstration de l’écriture braille à l’aide des machines et tablettes a été faite à cette occasion ainsi que la présentation des membres de l’association élus au Conseil consultatif des personnes handicapées. Notons que la rencontre a été dirigée par le vice-président de l’association Viens et vois, Dieudonné Mbimi.  Elle avait pour objectif de sensibiliser les personnes malvoyants aux différentes activités de l’organisation.   

 

 

Légendes et crédits photo : 

Les membres de l’association Viens et vois donnant des communications / Adiac

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire