Le bilan de l’accident de Mbuba revu à la hausse : 39 morts (Officiel)

0


L’accident de Mbuba a fait trente-neuf morts, a indiqué ce dimanche 7 octobre à partir de Kisantu dans le Kongo central, José Makila, ministre des Transports et voies de communication qui conduit l’équipe gouvernementale sur le lieu du drame.

« Quand nous sommes arrivés sur le lieu de l’accident, il y a eu 20 corps calcinés. Ils ont été identifiés par le médecin légiste et inhumés en bonne et due forme à Kasangulu, chacun dans sa tombe. Quand nous sommes arrivés à Kisantu, il y avait 104 cas. Quatre personnes étaient déjà mortes. Au fur et à mesure qu’on les évacuait, certains mourraient de leurs blessures jusqu’à atteindre les 19 cas de décès. Le bilan peut évoluer parce que ce sont des blessures graves», a indiqué José Makila.

Il renseigne que 84 blessés ont été transférés à Kinshasa dans les ambulances.

En ce qui concerne l’identification du propriétaire du véhicule-citerne, José Makila affirme que c’est un travail qui « est en train d’être fait par des enquêteurs ».

Récit des faits

Un camion-remorque et un camion-citerne sont entrés en collision à la hauteur de Mbuba, à quelques kilomètres de la cité de Kisantu, dans la province du Kongo Central, samedi 6 octobre 2018.
Suite à la collision, le camion-citerne a explosé provoquant la mort d’une vingtaine de personnes sur place et une centaine de personnes ont été brûlées au deuxième et troisième degré.

Le feu causé par l’explosion s’est rapidement propagé aux habitations environnantes. Les enquêtes sont en cours pour déterminer les causes de l’accident.
Le chauffeur du camion-citerne a disparu alors que celui du camion-remorque est décédé sur place.

Le ministre des Transports et Voies de communication, José Makila et le ministre de la Santé, Dr Oy Ilunga Kalenga, sont arrivés sur les lieux de l’accident dans la matinée, indique un communiqué du ministère de la Santé, publié samedi 6 octobre.

Le Programme national des urgences et actions humanitaires (PNUAH) du ministère de la Santé a également été mobilisé et a déplacé sept ambulances et deux cliniques mobiles pour évacuer les blessés. Des ambulances supplémentaires envoyées par la MONUSCO et l’Unité médicale d’intervention rapide (UMIR) des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) sont arrivées à l’Hôpital Saint-Luc de Kisantu pour accélérer l’évacuation des blessés.

Les blessés ont été répartis entre les différents hôpitaux de Kinshasa, dont l’Hôpital du Cinquantenaire, la Clinique Ngaliema, les Cliniques Universitaires, l’Hôpital Général de Référence de Kinshasa (ex Mama Yemo), l’Hôpital de Kintambo et le Centre Hospitalier Monkole.

Source: http://www.radiookapi.net/

Laisser un commentaire