La RDC s’engage à améliorer la situation des droits de l’homme

0

La RDC s’engage à améliorer la situation des droits de l’homme. Prenant part à la 40ème session du Conseil des Nations unies aux droits de l’homme à Genève, la ministre des Droits humains a présenté quelques cas illustrant la volonté de la RDC à fournir les efforts dans le domaine du respect des droits humains.

Concernant les événements de Yumbi, Marie-Ange Mushobekwa a expliqué que des missions d’enquête ont été diligentées pour faire la lumière et établir les responsabilités pour que les principaux suspects soient déférés devant la justice. A propos de ces responsabilités, Marie-Ange Mushobekwa promet que « les coupables devront répondre de leurs actes, quelles que soient les fonctions qu’ils occupent ». Elle a par ailleurs refusé de dévoiler les noms des personnes qui ont été invitées pour être entendues dans le cadre de cette enquête.

La ministre de tutelle considère que ce qui s’est passé dans cette partie du pays est extrêmement grave, mais rassure sur la présence de l’armée et de la police pour assurer la sécurité de la population et de ses biens. « A ce stade, il n’est pas important que la Monusco vienne en renfort à Yumbi », a-t-elle dit. Pour elle, « il n’y a pas un appel de détresse de la part des autorités de la RDC ». « Bientôt toutes les structures de l’Etat congolais impliquées dans les enquêtes de Yumbi vont se réunir afin d’élaborer un rapport global et définitif qui sera envoyé au Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme dans les prochains jours. Quoi qu’il en soit, les auteurs de ces massacres vont et doivent répondre de leurs actes devant les juridictions congolaises. Nous sommes bien conscients que sans la justice, il n’y aura jamais une paix durable », a indiqué la ministre des Droits humains.

Celle-ci n’a pas manqué pour autant d’évoquer le dilemme devant lequel se trouvent les autorités, à savoir, faire respecter l’ordre public tout en respectant strictement les droits de l’homme. Elle a appelé le Conseil à consacrer un débat libre sur cette question. Marie-Ange Mushobekwa a évoqué le bel exemple donné par la RDC au monde : à savoir la passation pacifique du pouvoir entre le président sortant Joseph Kabila et le président entrant issu de l’opposition, Félix-Antoine Tshisekedi. Elle a aussi relevé la main tendue de ce dernier à ses concurrents au scrutin présidentiel et aux Congolais de la diaspora. « Le président Félix-Antoine Tshisekedi a également souligné dès le début que la promotion et la protection des droits de l’homme en République démocratique du Congo sera une de ses principales priorités. Pour joindre la parole à l’acte, il a levé la mesure d’interdiction des manifestations sur la place publique. Désormais, même les manifestations tenues par son principal challenger à la présidentielle, à savoir, Martin Fayulu, sont diffusées à la RTNC ainsi que dans d’autres médias de l’Etat », a fait savoir Mme Mushobekwa.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire