La PrEP, un traitement préventif pour faire barrage au virus du sida

0

Ce vendredi 1er décembre marque la Journée internationale de la lutte contre le sida, avec un accent particulier mis cette année sur la prévention. En France, 6 000 personnes sont contaminées par an. Pour faire baisser ce chiffre, stable depuis dix ans, de nouvelles méthodes commencent à émerger en complément du préservatif. Parmi elles, la PrEP, un traitement destiné à la communauté gay, à prendre en étant séronégatif pour faire barrage au virus.

L’Afrique du Sud compte le plus grand nombre de personnes vivant avec le VIH au monde : elles sont 17,1 millions dans ce pays, selon les estimations de 2016. Après les années de déni, Pretoria a fait des progrès considérables dans la prévention, le dépistage et le traitement des malades du sida.

L’Afrique du Sud est en bonne voie pour réaliser les objectifs fixés par Onusida, programme des Nations unies qui veut qu’à l’horizon 2020, 90 % des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique, que 90 % de toutes les personnes infectées par le VIH et dépistées reçoivent un traitement, et que 90 % des malades sous traitement présentent une charge virale indétectable.

Les autorités sud-africaines estiment que 86 % des personnes séropositives dans le pays connaissent leur statut sérologique actuellement. Après le dépistage, la mise sous traitement reste donc le principal levier d’action contre l’épidémie du sida dans ce pays. Aujourd’hui, 4 millions de personnes reçoivent un traitement anti-rétroviral en Afrique du Sud, un cas unique au monde.

Une évolution dans la société face au sida

Les efforts portent leurs fruits : le nombre de décès liés au VIH a été réduit de plus de moitié depuis 2005. Il y a quinze ans, les patients devaient prendre jusqu’à cinq pilules par jour, avec des effets secondaires parfois terribles. Mais depuis 2013, le ministère sud-africain de la Santé préconise la prise d’une dose fixe, une seule pilule par jour. Une révolution dans la vie des patients séropositifs.

Pourtant, les défis restent nombreux en Afrique du Sud en matière de lutte contre le sida, notamment pour maintenir les patients sous traitement, surtout dans les zones rurales du pays. Et même si la parole se libère peu à peu, la stigmatisation est toujours une réalité pour de nombreuses personnes atteintes par le virus de l’immunodéficience humaine, le VIH.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire