La coalition électorale « Lamuka » va devenir une plate-forme politique (mise à jour)

0

Note: cet article a été mis à jour le 24 mars à 13h30 (GMT+1). La paragraphe 4 a été modifié. Comme suit « Pour Jean-Pierre Bemba, qui s’est exprimé pendant la conférence de presse, Martin Fayulu était le candidat commun pour battre Emmanuel R. Shadary (et non Felix Tshisekedi) et il l’a battu. »
***

Les leaders de la coalition Lamuka, à savoir Martin Fayulu, Jean-Pierre Bemba, Adolph Muzito, Moïse Katumbi, Freddy Matungulu et Antipas Mbusa Nyamwisi, se sont réunis à Bruxelles pour étudier la possibilité de transformer cette coalition électorale en plate-forme politique, après avoir soutenu la candidature de Martin Faluyu à l’élection présidentielle du 30 décembre en RDC. Les discussions, en vue d’étudier la faisabilité de cette transformation, ont démarré dans la soirée du 23 mars 2019.

Ainsi, au cours d’une conférence de presse organisée ce samedi 24 mars à Bruxelles, les ténors de cette coalition ont indiqué que les résultats publiés par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ne correspondent pas à la vérité des urnes. A cet effet, ils ont condamné « la fabrication des résultats des législatives nationales et provinciales » et ont considéré que « le blocage des résultats ordonné par Joseph Kabila a aggravé la crise de légitimité ».

Les ténors de cette coalition ont également réaffirmé l’unité de Lamuka et « la poursuite du combat ensemble pour défendre le respect des pratiques démocratiques pour le changement.

Pour Jean-Pierre Bemba, qui s’est exprimé pendant la conférence de presse, Martin Fayulu était le candidat commun pour battre Emmanuel R. Shadary et il l’a battu. « Nous allons nous transformer en plate-forme politique et vous aurez les détails dans les jours qui viennent. Lamuka a beaucoup de leaders », a fait savoir le président du Mouvement de libération du Congo (MLC).

Cette réunion des leaders de Lamuka à Bruxelles a été facilitée par l’ONG sud-africaine In transformation initiative (ITI) qui dirigée par d’anciens négociateurs de la fin de l’apartheid. C’est la même ONG qui avait réuni à Johannesburg, en octobre 2018, les opposants, à l’époque à la recherche d’un candidat commun.

 


Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire