Kisangani : des produits toxiques de la Regideso polluent l’environnement de son usine de traitement des eaux

0

Ce jeudi 12 octobre 2017, le Directeur provincial de la Regideso a été invité à l’Assemblée provinciale en vue de donner des explications sur les plaintes  des habitants voisins en face de son usine de traitements des eaux.

L’usine est située à l’extrême nord de la ville de Kisangani aux abords de la rivière Tshopo dans la commune portant le même nom. 

C’est depuis le 02 octobre dernier que  ces habitants ont été paniqués par une odeur gazeuse et suffocante.

Le gaz provenait d’un véhicule en déchargement dans cette usine.

Selon les habitants de ce quartier, le gaz avait des effets collatéraux sur leur santé et leur environnement.

Toutes les plantes de leurs jardins et autres végétations ont été séchées et brulées, des poules ont été décimées, affirment-ils.

Certains parmi eux, surtout les enfants, ont la toux, les gorges desséchées et des douleurs à la langue.

Le chef de cette usine de traitement des eaux de la Regideso a reconnu la toxicité des certains produits que son entreprise utilise comme intrant dans le traitement des eaux notamment le chlore.

Pour ce cas d’espèce, a expliqué Frederick Zamayo, lors du déchargement de deux centenaires à son usine, il a été constaté qu’un bon nombre de touques contenant de chlore ont été cassées, ses emballages ont été défaits en route en provenance de Mombasa.

A l’ouverture, un gaz s’est rependu dans l’environnement pendant une vingtaine de minutes. C’est ce qui avait causé un certain désagrément dans l’environnement immédiats de l’usine.

Je ne pouvais pas savoir si  ce gaz avait causé des effets collatéraux auprès de la population environnante, d’autant plus que je me trouvais dans l’usine pour surveiller la manutention, s’est-il justifié. 

L’Assemblée provinciale a été saisie de cette affaire par une plainte des habitants du quartier.

Le Directeur provinciale de la Regideso a été invité à l’Assemblée provinciale pour s’expliquer à ce sujet.

Une enquête doit être ouverte pour avoir la situation nette de ce qui s’est réellement  passé avant d’envisager une quelconque mesure à prendre, a souligné, Patrick Mokonda, Président de la Commission environnement de l’Assemblée provinciale,

Les touques des produits à problème sont actuellement stockés en dehors du dépôt de l’usine, couvert des bâches.

Une délégation de la Regideso en provenance de Kinshasa est attendue prochainement à Kisangani pour faire le constat de la situation.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire