Kinshasa : les conduites d’eau de la Regideso, l’une des causes de la destruction de la voirie

0

La Société publique en charge de desserte en eau potable (Regideso) compte parmi les principaux destructeurs des rues de la ville de Kinshasa d’après les habitants de la capitale ; pour cause, son inaction au remplacement de ses tuyaux vétustes qui ne cessent de suinter à longueur des journées. Constat fait dans la plupart des quartiers de la capitale congolaise.

Cela fait plusieurs années que la population kinoise n’arrête de se plaindre en ce qui concerne le délabrement très avancé des tuyaux galvanisés de la société publique en charge de desserte d’eau potable (Regideso) mais sa plainte n’a pas trouvé du répondant jusqu’ici et pourtant c’est au vu et su de tous que ses tuyaux ne cessent de suinter à longueur des journées rendant ainsi certaines avenues impraticables sans compter les marées d’eau stagnante que ces écoulements créent.

Ici, dans la commune de Ngaliema réputée présidentielle, les habitants des différents quartiers se disent excédés par l’inaction de la Regideso. « L’eau qui inonde nos avenues provenant des tuyaux perforés à longueur des journées pouvait nous être d’une grande importance si et seulement si elle jaillissait de nos robinets pendant la journée. Comble du malheur, elle détruit nos avenues. Nous subissons une pénurie d’eau comme sans précédent. Nos épouses, nos enfants et nous même sommes obligés de quitter nos lits tous les jours à partir d’une heure du matin jusqu’à 4h pour nous ravitailler en eau. Ceci fait suite à la sécheresse dans nos robinets pendant la journée. En conséquences, nous arrivons au travail déjà épuisés, nos enfants n’ont pas le temps de s’épanouir du point de vue intellectuel à cause du non-respect de 8 heures de sommeil recommandées par les médecins et dans des telles conditions comment compte-t-on former une future élite ?

Nous vivons dans un monde cassé comme disent les philosophes », renchérissent-ils.

Certains nostalgiques se rappellent du régime du maréchal Mobutu, dit « dictatorial », qui en son temps le volet énergie (courant & eau) était réel, marchait à merveille et à « chaque fois qu’il y avait coupure d’eau la population était avisée 24h avant par les médias ; quant aux tuyaux qui suintaient, ils étaient remplacés dans les heures qui suivaient ».

Les kinois demandent aux autorités de la Regideso de ne pas seulement se contenter de la distribution des factures de consommation mensuelle mais aussi de penser au remplacement de ses tuyaux vétustes afin d’assainir leur espace vital.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire