Kikwit : la SNEL relance ses activités

0

Après plus de trois ans d’interruption, la Société nationale d’électricité (SNEL) de la ville de Kikwit, province du Kwilu dans le sud-ouest de la République démocratique du Congo (RDC) amorce de nouveau ses activités afin de permettre la population de cette ville de renouer avec le courant.

Actuellement les travaux de raccordement se font petit à petit. Les techniciens placent progressivement des câbles dans des quartiers. Déjà quelques ménages et bistreaux reçoivent le courant uniquement la journée de lundi à vendredi de 8h00 à 15h00. Le samedi de 8h00 à 13, puis de 18h00 à 22h30.

«C’est grâce à l’appui du gouvernement congolais que la SNEL Kikwit a de nouveau ouvert ses portes le 11 mars 2019. A l’époque, la clientèle n’arrivait pas à payer des factures. C’était donc difficile pour la SNEL de tourner convenablement et  de servir la population en énergie électrique», a déclaré Hyacinthe Mutute, chef du centre de la SNEL Kikwit devant la presse.

Mutute a saisi cette occasion pour remercier la direction générale de la SNEL à Kinshasa, surtout le Comité de gestion,pour avoir fourni des câbles et des produits pétroliers qui permettent la relance des activités de cette institution.

«Je demanderai donc aux clients d’être sérieux et de payer régulièrement les factures», a-t-il ajouté.

Mais 90 pour cent de la population demeurent encore sans électricité. Les quelques familles qui sont déjà servies regrette le prix que la SNEL fixe quotidiennement : «Le courant en soi est de bonne qualité. Mais le prix est très élevé : 8000 francs congolais par jour. C’est extrêmement cher. Nous demandons à la SNEL de revoir ce prix à la baisse. Sinon nous allons nous contenter du courant que les particuliers distribuent le soir à un prix quasiment abordable : 1500 Fc par jour», indique un parent du ‘’Camp Commis’’ dont le foyer reçoit déjà le courant de la SNEL.

De son côté, le président urbain de la Société civile rappelle que si la population ne payait pas les factures de la SNEL, c’est parce que ces factures étaient jugées ‘’forfaitaires’’ par la population qui utilisait ce courant.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire