Kikwit : la professeur Georgette Biebie s’insurge contre la ‘’restriction des libertés’’ en RDC

0

La professeur Georgette Biebie Songo, un des personnages cadres de G7 de l’opposition, s’insurge contre ce qu’elle appelle ‘’restriction des libertés en République démocratique du Congo (RDC)’’. Lors d’un point de presse animée la semaine dernière à Kikwit, province du Kwilu, dans le sud-ouest du pays, elle a dénoncé le fait que plusieurs médias sont muselés et que plusieurs opposants politiques ne sont pas libres dans l’exercice de leurs métiers.

«Je me propose d’inviter toute la population de Kikwit, c’est-à-dire les mamans, les jeunes, les papas et consorts à résister au retour de la dictature dans notre pays. Cette dictature est caractérisée par des arrestations arbitraires, par le musellement de la presse, par l’envoi en exil de certains opposants politique, par la fermeture des organes de presse etc», a-t-elle déclaré.

Selon elle, il y a des opposants politiques qui sont empêchés de tenir leurs meetings, de faire des tours à travers des provinces. «Il faut une résistance populaire. Il n’y a pas de développement sans vraiment blocage politique et entrave aux libertés fondamentales. Mon message à la population de Kikwit, c’est la résistance au vrai sens du terme, car il y a une dérive dictatoriale», démocratie ; et pas de démocratie sans liberté. Il y a dit-elle.

Biebie a saisi cette opportunité pour donner aux médias la feuille de route des actions que doit mener le Rassemblement de l’opposition si les élections ne sont pas organisées cette année 2017. C’est une feuille de route issue du récent conclave du Rassemblement de l’opposition tenu à Kinshasa.

Les propos de madame les professeurs ont suscité assez de réactions auprès de la population.

«Pourquoi cette femme professeur critique le gouvernement ? Est-ce qu’elle capable de résoudre tous les problèmes du pays une fois au pouvoir ? Ce n’est pas facile», déclare Roger Mputubumbu, un débrouillard au marché central de Kikwit.

Quant à lui, Yvette Nkomba, une des enseignantes de kikwit partage les propos de Biebie :

«Madame la professeur a raison. La population est soumise à une pauvreté sans nom. Nous apprenons plusieurs fois des arrestations des journalistes et des entraves à la liberté de la presse et des libertés fondamentales de l »être humain dans notre pays», affirme-t-elle.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire