Kikwit : la Lifded lutte contre le VIH-Sida et prône la masculinité positive

0

La Ligue des femmes pour le développement et l’éducation à la démocratie (Lifded), une des organisations non gouvernementales du droit congolais intervenant dans le domaine de développement et de l’éducation des masses en République démocratique du Congo (RDC), continue à conjuguer des efforts afin que le VIH-Sida recule et qu’en 2030 cela puisse s’éliminer.

C’est dans cette optique que cette structure vient d’organiser, il y a quelques jours, une séance de renforcement des capacités des « Pairs éducateurs », des associations qui interviennent dans le domaine de lutte contre le Sida à Kikwit et environs, y compris des PVV (Personnes vivant avec le virus).

L’activité a eu lieu dans la salle des réunions de la paroisse Sainte Marie Sankuru dans la commune de Nzinda. L’occasion a été propice pour que l’auditoire assimile le contenu sémantique du VIH-Sida, les modes de transmissions, la problématique de l’objectif 2030 en matière de lutte contre le VIH-Sida et ce que prône l’ONU-Sida en passant par la stratégie 90-90-90.


Vue de l’auditoire lors de l’activité

Françoise Ikwapa, Charlotte Lula et le Dr Claude Makanda, tous cadres au bureau provincial de la Lifded Bandundu, se sont évertués d’intervenir à tour de rôle pour élucider toutes les matières prévues.

Si la Lifded dans le grand Bandundu a choisi la ville de Kikwit, c’est puisqu’il y a une raison fondamentale : « Kikwit est une ville de transit et un carrefour de plusieurs cultures. Dans cette ville il y a 1,1 %  dans le 0,3  de taux de prévalence du VIH-Sida dans la province du Kwilu. Kikwit est donc une zone rouge. Parmi les 5600 PVV qui sont à Kikwit, 4000 sont des femmes et 1500 des jeunes dont l’âge varie entre  14 et 20 ans », a déclaré Françoise Ikwapa, présidente provinciale de la Lifded – Bandundu.

Ikwapa a saisi cette occasion pour inviter tout le monde à faire un dépistage volontaire afin de connaitre son état sérologique. « C’est dangereux d’être séro-ignorant. Dès qu’on est au courant de son état sérologique, c’est facile de savoir comment diriger sa vie pour que la maladie ne se propage pas », a-t-elle ajouté.

De son côté, le Dr Makanda, comme spécialiste en matière de santé, tout en expliquant les modes de transmission de ce virus, a invité la population à une hygiène corporelle de qualité. Il n’a pas oublié d’inviter la jeunesse à la conscience : « Vous avez de la chance parce que vous avez beaucoup appris aujourd’hui concernant le VIH-Sida. La Bible dit que « mon peuple meurt faute de connaissances ». Comme vous avez assez de connaissances, veuillez les appliquer et les transmettre aux autres ».

Quant à elle, charlotte Lula a aidé les participants à partager leurs expériences en matière de la masculinité via des groupes thématiques afin de comprendre la notion de la « masculinité positive ». Cela évoque le fait que l’homme et la femme ont l’égalité des chances. Il faut une complémentarité et pas domination de l’homme sur la femme.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire