Kikwit : des inciviques non identifiés incendient la maison d’un jeune qui bat campagne de Martin Fayulu

0

La ville de Kikwit, province du Kwilu dans le sud-ouest de la République démocratique vient d’enregistrer un évènement qui fait couler beaucoup d’encres et des commentaires à tout bout de champ pendant cette période de la campagne électorale. Il s’agit d’un groupe d’inciviques non identifiés qui viennent de brûler la maison commerciale d’un jeune homme qui bat campagne de Martin Fayulu, un des candidats président de la République de l’opposition.

L’évènement s’est déroulé la nuit de vendredi à samedi sur le boulevard national n°54 dans la commune de Lukolela non loin du grand marché de Kikwit en face de la maison ‘’Sam Bilanga’’. «En tout cas c’est affreux ! J’avais déjà constaté un mauvais mouvement depuis hier. J’étais resté devant cette maison jusqu’à 1h00 du matin. Lorsque je suis allé au deuil d’une connaissance, quelques jeunes filles de passage avaient vu un groupe d’inciviques à bord d’une moto. Cette moto s’est arrêtée devant cette maison. Les jeunes filles rapportent que ces inciviques avaient une gourde d’essence en mains. Ils avaient jeté de l’essence et ont mis du feu vers 2h00. Tout est calciné», témoigne Serge Mbiki, la victime et propriétaire de la maison calcinée.


Serge Mbiki

Le jeune homme a aussi déclaré que les biens brûlés sont essentiellement des instruments musicaux qu’il fait louer et plusieurs autres biens de valeur. «Les éléments abimés peuvent être évalués à 15.000 dollars. Ces inciviques avaient d’abord tenté leur action dimanche, cela n’a pas abouti. Ils ont repris mercredi, cela a de nouveau échoué. C’est pourquoi la troisième fois ils ont réussi», a-t-il ajouté.

D’autres témoins rencontrés au lieu du drame affirment que ces inciviques ne se sont pas arrêtés à l’incendie seulement. Ils ont aussi, disent-ils, amorcé le pillage d’une autre boutique qui était à côté de la maison visée.

Face à cette situation, la police a ouvert une enquête afin de dénicher les auteurs de ce crime en vue de subir la rigueur de la loi.

De son côté, le maire de Kikwit, Leonard Mutangu est monté au créneau afin d’inviter la population et aux différents partis politiques au respect des textes légaux et au respect des autres. «Tout le monde qui commettra une infraction dans ce sens sera arrêté et sera sévèrement punis selon la rigueur de la loi», a-t-il déclaré sur les antennes des radios locales.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire