Kasaï : Les mouvements citoyens invitent les Députés provinciaux à faire un choix utile au Gouvernorat

0

Au cours d’une conférence de presse conjointe, Lucha, Dynamique FATSHI, Fondation Mwetu Mmua Kele et la nouvelle société civile sensibilisent la population de Tshikapa à prendre massivement part au sit-in devant le siège de l’Assemblée Provinciale du Kasaï le 10 Avril 2019 à partir de 6h30 locale, une manière d’accompagner les élus provinciaux « grands électeurs » lors de l’élection du Gouverneur et Vice-gouverneur.

Par cette action citoyenne, explique Jacques Issongo militants de la Lucha, la population donnera un signal fort prouvant que le pouvoir des Députés provinciaux émane du peuple et ce dernier est jaloux de son pouvoir.

Les grands électeurs sont appelés à faire un choix judicieux en s’abstenant et résistant à toute forme d’antivaleurs du genre corruption, intimidations, trafic d’influence, mot d’ordre… Ce sit-in rentre dans le souci de ces mouvements en général et de la Lucha en particulier, à poursuivre sa campagne dénommée « Balayons les médiocres », consistant à faire échec aux candidats FCC, n’ayant pas servi la population durant 18 ans de règne.

À l’unanimité, ces structures exigent la démission dans 48 heures de l’actuel Gouverneur du Kasaï et le Maire de la ville de Tshikapa et promettent de marches au cas où  les deux autorités ne s’exécutent pas. Ils reprochent au Gouverneur d’avoir démontré ses limites avec le système Fcc au pouvoir, ces mouvements disent ne pas comprendre, comment une Autorité provinciale peut accepter que l’on prive de l’eau à toute une population de plus d’1millions d’habitants durant une semaine ! Et le Gouverneur ne tire pas toutes les conséquences ! La hausse vertigineuse des prix des denrées alimentaires de première nécessité, qui est la conséquence des barrières érigées sur tous les axes d’entrée et de sortie de la ville. Ces barrières sont tenues par les militaires qui perçoivent de l’argent auprès des fournisseurs de ces produits vivriers à la ville de Tshikapa.

Les autorités provinciales se partageraient le butin qui vient des tracasseries de la population par les éléments de l’ordre estime la Lucha Jacques. Au Gouverneur on impute la légèreté dans le lancement des travaux de réhabilitation des routes dans le cadre de 100 premiers jours de FATSHI, l’insouciance de Marc Manyanga Ndambo Gouverneur du Kasaï dans le ravage des enfants par la rougeole et il n’attendait que les partenaires pour récupérer politiquement la campagne en excluant les zones de santé kamo nya et de Mutena. Voilà autant de péchés commis par le Gouverneur contraint à rendre le tablier.

Quant au Maire à l’intérim de Tshikapa, non seulement Dikenga kikomba marche à contre-courant de la vision du chef de l’État mais aussi surtout pour avoir violé l’article 26 de la loi fondamentale en matière des marches. Le Maire de Tshikapa a abandonné son bureau, un secrétariat est à l’hôtel de ville, un autre à sa propre résidence privée à kanzala et un troisième à la résidence officielle de l’ancien Maire.

L’avenue kalonda qui mène à l’hôtel de ville est impraticable. Autant des faits, ces deux autorités doivent obligatoirement démissionner martèlent les structures.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire