Kasaï central : nécessité de rétablir l’autorité de l’Etat par tous les moyens légaux

0

« Les crimes commis par les miliciens sur la population et les agents des Nations unies ne resteront pas impunis », dixit Joseph Kabila.

La situation trouble que vit actuellement la population du Kasaï était évoquée par Joseph Kabila dans son discours de ce mercredi 5 avril devant le Congrès. Le chef de l‘Etat s’est, en effet, dit très préoccupé par les actes de barbarie qui sont commis dans cette partie de la République livrée à la merci d’une rébellion sanguinaire incarnée par la milice Kamuina Nsapu. De la profanation des édifices publics et des lieux des cultes aux nombreux morts enregistrés dont deux experts de l’ONU, sans oublier les exactions de toute sorte commises sur la population civile, tout porte à croire que la situation sécuritaire au Kasaï est de plus alarmante. « Le premier trimestre a été marqué par une évolution encourageante de la situation sécuritaire dans l’Est du pays grâce aux efforts des forces de sécurité et des notabilités locales. Ces actions doivent se poursuivre. Le temps de se réjouir, l’épicentre de l’insécurité s’est déplacé au centre du pays où un conflit coutumier s’est mué en violence aveugle. Une situation au cœur de nos profondes préoccupations », a rappelé Joseph Kabila.  

Face aux atrocités commises sur les victimes innocentes et en raison de persistance de troubles, le chef de l’Etat a fait part de sa détermination à « rétablir l’autorité de l’Etat par tous les moyens légaux ». Et d’indiquer à ce sujet qu’une série d’ordonnances avaient été signées pour créer un centre opérationnel dans les Kasaï. Le gouvernement, a-t-il précisé, a été instruit pour accentuer sa présence dans ces milieux pour résoudre les nombreux conflits coutumiers. « Sept militaires des FARDC déjà aux arrêts répondront de leurs actes. Les crimes commis par les miliciens sur la population et les agents des Nations unies ne resteront pas impunis. Ils devront être sanctionnés conformément à la loi. Les enquêtes ont été ouvertes », a en outre ajouté Joseph Kabila devant les députés et sénateurs. En attendant, le président de la République a lancé un appel au calme dans le Kasaï Central tout en invitant les jeunes engagés dans des « aventures sans lendemain » à déposer les armes et à cesser leurs aventures criminelles.

Sur le même sujet, le ministre de l’Intérieur Ramazani Shadari, qui s’exprimait la veille devant les sénateurs dans le cadre d’une interpellation, a indiqué que la famille du défunt grand chef Kamuina Nsapu a finalement accepté de mettre fin aux pratiques fétichistes et a exhorté ses partisans à déposer les armes. Tous les autres, a-t-il déclaré, devraient suivre cet exemple, à commencer par les jeunes gens qui s’identifient au mouvement Kamuina Nsapu, y compris les repris de justice et ceux qui sont instrumentalisés par les politiciens.  Et de rassurer que la question de dédoublement des chefs de groupements, à la base de plusieurs conflits dans le Kasaï, devra trouver rapidement une solution.

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire