Kasaï : 800 cas des violences sexuelles recensés en une année

0

Plus de huit cents cas de violences sexuelles ont été enregistrés par les ONG féminines du Kasaï depuis le mois d’août 2016. Ces structures se disent déterminées à étendre la lutte contre les violences faites à la femme. Ces dernières ont augmenté dans la région à la suite des affrontements entre les forces de sécurité et les miliciens se réclamant du défunt chef coutumier Kamuina Nsapu.

La secrétaire exécutive de l’ONG Femmes main dans la main pour le développement du Kasaï (FMMD), Nathalie Kambala, rapporte que des centaines des femmes ont été victimes de violences sexuelles lors de ces troubles.

«Depuis le mois d’août de l’année passée, jusqu’à aujourd’hui, nous avons enregistré plus de huit cents cas de violences sexuelles. Et dans les huit cents, 98% concernent les femmes et les 2% ce sont les hommes», affirme-t-elle.

Parmi les femmes violentées, 41% sont des mineures, 28% sont âgées de 25 à 35 ans et le reste est constitué de femmes de plus de 35 ans, a détaillé la même source. Mme Kambala déplore par ailleurs les conséquences socio-culturelles de violences sexuelles dans cette partie de la RDC.

«Ici, au Kasaï-Central, les femmes – dans la tradition kasaïenne – gardent les valeurs et les forces vitales d’un peuple. Violer la femme, c’est violer ou anéantir le pouvoir de ce peuple-là», explique-t-elle. 

Les ONG ont alors lancé plusieurs manifestions de sensibilisation contre ce phénomène à Kananga au Kasaï-Central, avec objectif de les étendre dans les autres entités du grand-Kasaï. A leur initiative, plus de mille femmes ont manifesté vendredi dernier devant le siège du gouvernement provincial à Kananga, exigeant l’implication des autorités dans la lutte contre les violences sexuelles.

Après la mort de Kamuina Nsapu dans les affrontements avec les forces de sécurité en août 2016, les accrochages se sont accentués entre miliciens et forces loyalistes dans l’espace kasaïen. Ces violences ont fait plus de 3 000 morts, selon l’église catholique, et de nombreux déplacés.

 

Source : radiookapi.net

Laisser un commentaire