Kananga : difficultés d’approvisionnement en eau potable depuis plusieurs années

0

L’eau est devenue une denrée rare à Kananga. Elle ne coule que deux fois par semaine, des robinets des habitants de cette ville du Kasaï-Central. Pour se procurer régulièrement de l’eau, la population recourt à l’eau des puits et des sources naturelles. Samedi 29 juillet, Radio Okapi a rencontré quelques habitants de cette agglomération qui se rendaient tôt le matin pour s’approvisionner en eau potables. Elles racontent leur «calvaire» au quotidien.

«Je me réveille à 6 heures et vers 12 heures j’arrête. Par jour, je puise 8 à 9 bassins d’eau. Mais cela dépend aussi du nombre de sollicitations », raconte une dame.

C’est le quotidien des femmes, jeunes et enfants à Kananga. Ils viennent de plusieurs quartiers de la ville. Pour trouver de l’eau en grande quantité dans les puits, il vaut mieux se lever tôt.

Ils s’attroupent autour des puits situés en contrebas de la localité de Kamulumba au pied d’une colline dans la ville de Kananga. Ils se pressent ainsi tous les matins femmes et enfants, bidon de 10 ou 20 litres et bassin sur la tête.

Cette eau sortie des puits et des sources d’eau naturelles est utilisée pour les travaux ménagers.

Mais faute de pouvoir s’offrir l’eau de la REGIDESO, certains ménages se résolvent à la consommer.

À travers la ville, un business de l’eau s’est développé. Des hommes et des femmes puisent de l’eau dans les puits pour la revendre.

«Nous vendons un bassin d’eau à 300 FC. Nous gagnons l’argent par rapport au nombre de demandes. Et cela nous permet de survivre», fait savoir un habitant.

L’eau ne coule plus dans les quartiers de Kananga. Sur l’avenue Lulua, cela fait plusieurs années que les robinets ne servent qu’à la décoration. Pourtant sur cette même avenue, on trouve une station de la REGIDESO avec deux robinets où les habitants viennent s’approvisionner entre 6h et 16h moyennant de l’argent.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire