Juin-Juillet-août 2018 : les 3 mois décisifs !

0

L’avenir a toujours été un mystère. Mais, pour la RDC, présentement, ce mystère s’épaissit diablement suite au décor politico-sécuritaire qui se plante. En effet, quand d’aucuns s’interrogent encore sur l’effectivité du rendez-vous électoral du 23 décembre 2018, de plus avertis cogitent, dorénavant, quant à eux, sur le climat du cap décisif qu’est désormais les mois de juin-juillet-août. Eh oui. Comme ce vieux texte lu et relu en primaire pour et par les élèves congolais, la RDC est face à deux chemins qui cadrent avec deux schémas hautement politiques et même  historiques.

Primo, évidemment, il y a le schéma des élections selon l’esprit de l’Accord du 31 décembre 2016 auxquelles le Président Kabila est d’office non-partant et la décrispation est censée être effective à tous les niveaux.

Secundo, sans surprise, il y a ces joutes électorales en perspectives sur lesquelles plane le spectre de la quête d’un troisième mandat pour le Président en place.

A l’aube de la convocation du corps électoral avec les dépôts dès ce 24 juin des candidatures pour la députation provinciale, juin paraît comme le mois des derniers réglages. Ce, à l’interne comme à l’extérieur du pays. Après les rencontres, en effet, de Paris, Bruxelles et même Brazzaville, les regards sont tournés vers Luanda où Joseph Kabila est annoncé autant qu’une grande rencontre des Lourenço, Kagame, et autres Chefs d’Etat de la région centré surtout sur la situation du Congo-Kinshasa, pays sur lequel la menace d’une intervention militaire est brandie depuis le vieux continent au cas où le régime recherchait un 3ème mandat pour le Président de la République, Joseph Kabila Kabange.

Avec l’arrivée du Secrétaire général de l’ONU en juillet, avant l’appel aux dépôts des candidatures notamment, pour la présidentielle, le mois de juillet parait celui des dernières mises en garde et décisions. Kinshasa, par She Okitundu mieux Lambert Mende, avait après la rencontre Kagame-Macron mis en garde ses chers voisins contre une atteinte à la souveraineté de la RDC au nom d’une intervention sauve-élections. Sur ce, l’opinion à la croisée de ces schémas s’interroge par rapport à cette rencontre de haute importance. Le Chef de l’Etat va-t-il relancer ladite mise en garde aux oreilles du SG de l’ONU ou la visite d’Antonio Guterres sera-t-elle comme celle de Bill Richardson chez Feu Mobutu ? Certains aimeraient dire oui pour la dernière assertion interrogative. D’autres soutenants le non rappellent que la visite de Nikki Haley fin 2017 était présumée être ce bis repetita espéré à l’Opposition radicale et même, simple analyse, auprès de ces lobbys ayant des visés sur certains intérêts autres que l’impératif de l’alternance au pays. Soit !

Ce qui est sûr est que les retombées de Luanda, les deals et options qui suivront sauront déterminer la clarté de l’horizon en République démocratique du Congo. Car, ces dessous vont permettre à la vérité d’être mise à nue après le laps de temps compris entre le 23 juillet et le 8 août 2018, délai de dépôt des candidatures pour la présidentielle. Puisque, naturellement, c’est durant cette fourchette que l’opinion pourra savoir si dauphin il y aura pour le Pouvoir ou si Kinshasa alignera celui qui est plébiscité comme meilleur élément de la MP hier comme aujourd’hui à la présidentielle, à savoir : Joseph Kabila Kabange. Voilà, juin, juillet puis, enfin, août constituent les trois mois décisifs de 2018. Et, des trois, août sera celui du dévoilement.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire