Journée portes ouvertes : l’IFC accueille le public ponténégrin

0

L’espace culturel a organisé, le 2 juin, sa deuxième activité du genre, rehaussée par la présence de Bertrand Cochery, ambassadeur de France en République du Congo.

Les Ponténégrins ont accédé à tous les compartiments de l’Institut français du Congo (IFC)  à travers des visites guidées, présentations des ateliers de pratique artistique (percussion enfant, slam, théâtre), activités de découvertes (ateliers numériques enfants et adultes, recherche documentaire), des cafés lectures, des temps d’échanges, etc. La journée qui a fait l’objet d’une conférence de presse en présence de Bertrand Cochery, ambassadeur de France en République du Congo, a été un moment d’échange permettant à toute l’équipe de l’IFC de se replonger sur la saison dernière mais également d’échanger avec les partenaires sur les projets et les nouveautés.

Au cours de cette conférence, la directrice déléguée de l’IFC, Fabienne Bidou, a présenté les grandes lignes de la saison culturelle 2017-2018, tout en revenant sur les moments forts de l’annéepassée et sur les objectifs attendus. À cet effet, l’ambassadeur de France au Congo a, dans son intervention, rappelé le rôle majeur de l’IFC à l’endroit de la jeunesse, son partenariat avec les différents établissements culturels locaux et autres.

Le diplomate s’est également exprimé sur quelques points importants concernant notamment les arts de la scène, la formation des jeunes artistes et leur propulsion sur le devant de la scène. « Nous ne devons pas nous satisfaire de produire seulement des spectacles, de dire à nos jeunes qu’ils sont fantastiques, mais nous devons les aider à accéder à un niveau plus haut », a-t-il dit.

Pointe-Noire est une ville qui accueille beaucoup d’anglophones, l’une des missions de l’IFC citées par l’ambassadeur est celle de la promotion de la langue française, de construire des réseaux durables entre les créateurs mais aussi entre les responsables des politiques culturelles pour répondre aux demandes des artistes et des professionnels de l’art.

Aujourd’hui, les instituts français sont des plaques tournantes qui rassemblent des artistes, des opérateurs culturels, des jeunes musiciens, des danseurs ou artistes visuels, des dirigeants corporatifs. Ces établissements culturels tissent des liens privilégiés avec les partenaires locaux et répondent à des objectifs clairs. Pour cela, les programmations doivent être tournantes dans ces deux instituts afin de diversifier les rencontres publiques, de s’adresser et attirer davantage de Congolais de tous les milieux. Car il y a un seul Congo et la culture est faite pour circuler, a fait savoir Bertrand Cochery.

Dans le cadre de la modernisation de sa médiathèque, l’IFC de Pointe-Noire a, cette année, mis en service une offre numérique grâce à des tablettes numériques. Des ateliers numériques sont proposés aux adhérents, enfants ou adultes pour les orienter dans le monde des nouveaux outils d’accès à la connaissance, tant sur les plan technique que culturel. Notons que cette activité a connu la présence de Jean-Luc Delvert, consul général de France à Pointe-Noire.

 

 

Légendes et crédits photo : 

L’ambassadeur de France entouré de Fabienne Bidou et Jean-Luc Delvert / crédit photo Adiac

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire