Journée mondiale du réfugié : le HCR Congo plaide pour la stabilité et la protection des réfugiés

0

En marge de la commémoration de l’événement, la représentation de l’agence onusienne en République du Congo a organisé, le 20 juin, dans les locaux de la Cathédrale Sacré-Cœur de Brazzaville, une rencontre amicale pour exhorter les personnes ayant le statut de réfugié à faire preuve de courage.

S’appuyant sur le thème de cette année, à savoir « L’année des réfugiés, des rapatriés et des personnes déplacées internes : vers des solutions durables au déplacement forcé en Afrique », le chargé de protection, Ferdila Ouattara, en lieu et place du représentant du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) au Congo, a signifié que cette journée commémorative devrait attirer l’attention de tous sur les soixante-huit millions de personnes en situation de déplacement forcé à travers le monde et dont environ vingt-cinq millions  sont des réfugiées.

« En cette occasion où le monde célèbre la Journée mondiale du réfugié, l’honneur m’échoit de vous exhorter tous à veiller à ce que les réfugiés trouvent la stabilité pendant la période de recherche des solutions durables.  Car, c’est l’occasion de saluer la collaboration avec les différents services étatiques, les agences sœurs du système et autres acteurs humanitaires », a déclaré Ferdila Ouattara. Il a insisté sur le fait que cette journée est pour le HCR au Congo une opportunité d’intéresser les pouvoirs publics, les acteurs du développement, la société civile et les citoyens congolais à la cause des réfugiés. Ceci, pour leur permettre de s’autonomiser et de pouvoir prendre dignement soin de leur famille. Dans un monde où la tendance à l’isolationnisme est de plus en plus perceptible et où les discours haineux et xénophobes font la une de l’actualité et dominent le discours politique, a-t-il dit, il est question de faire naître un autre récit, notamment celui de la tolérance, des liens et valeurs communes de paix et de coexistence pacifique au sein de la population.

« Cette année marque aussi le 30e anniversaire de la convention des droits de l’enfant et pour tous les enfants réfugiés à travers le monde. Ainsi, nous, pouvoirs publics, acteurs humanitaires, secteur privé, avons un impératif d’assurer la jouissance de leurs droits fondamentaux, plus précisément le droit à l’éducation, à la santé et à la nationalité dans un environnement sain », a conclu le chargé de protection, en ajoutant que son institution continuera avec ses partenaires de déployer les efforts selon ses cinq orientations stratégiques, en vue d’un milieu inclusif et favorable pour toute personne relevant de sa compétence.     

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire