Journée mondiale de l’environnement : le WWF RDC sensibilise à l’importance de la lutte contre les déchets plastiques

0

À l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, l’ONG internationale a indiqué que le plastique a été une matière révolutionnaire qui a transformé de bien de façons la vie des hommes mais il devient aujourd’hui à la base d’une crise qui oblige à repenser radicalement les habitudes de consommation et à adopter des modes plus responsables d’utilisation des ressources de la planète.

Dans un message du 5 juin, le Fonds mondial pour la nature en RDC (WWF-RDC), en collaboration avec l’Usaid, a sensibilisé la communauté nationale à l’importance de la lutte à mener contre la pollution causée par le plastique dans le monde. Saisissant l’occasion de la journée mondiale dédiée à l’environnement, le WWF s’associe au thème de la lutte contre la pollution au plastique choisi par les Nations unies et « rappelle à la conscience de tous le devoir de léguer aux générations futures un monde où elles ne devraient pas souffrir des actions irraisonnées d’aujourd’hui ».

Pour le WWF-RDC et son partenaire, en effet, la réduction de la quantité de plastiques utilisés est une première étape cruciale. « C’est pour cela qu’à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, les Nations unies soutiennent une campagne de sensibilisation afin de progresser dans l’abandon des produits en plastique jetable, et à encourager les personnes à remplacer certains objets en plastique à usage unique du quotidien par des alternatives réutilisables », a indiqué WWF, active dans la conservation.

L’indispensable implication de tous

Dans son appel, le WWF souligne que la lutte ne pouvait prendre une seule forme ni s’exercer sur un seul front. C’est dans cette optique qu’il a rappelé que l’implication de tous était indispensable. « Tout le monde devrait se poser la question de savoir ce qu’il ou elle peut faire concrètement pour aider à réduire la quantité de déchets rejetés dans la nature. Les secteurs de l’industrie doivent avoir le courage de se remettre en question et de considérer le bien-être des hommes et de la nature en même temps que leur recherche légitime du profit. Les politiques doivent pouvoir adopter des législations innovantes qui sans constituer des freins à la prospérité économique doivent assurer que celle-ci ait finalement du sens », a conseillé l’organisation.

Selon cette ONG, l’éco-citoyenneté doit amener à interpeller les pouvoirs publics afin d’agir de manière concertée pour mettre en œuvre des solutions efficientes d’évacuation et de traitement des déchets. A ce titre, elle félicite la récente décision du gouvernement de la RDC de bannir les sachets plastiques non-biodégradables au 30 juin de cette année.

Le monde, rappelons-le, célèbre le 5 juin de chaque année, sous l’égide des Nations unies, la Journée mondiale de l’environnement. Pour 2018, elle a été placée sur le thème « La lutte contre la pollution au plastique ». En partenariat avec l’Usaid, WWF a estimé que l’occasion est indiquée de faire le point sur les défis de plus en plus nombreux qui affectent l’environnement naturel de la planète et de sensibiliser l’humanité à une plus grande mobilisation tant au niveau des Etats et des gouvernements qu’à celui des collectivités locales et des individus, afin de mettre en œuvre des actions concrètes qui pourront infléchir les tendances globalement négatives qui s’observent de plus en plus dans ce domaine.

Des conséquences environnementales insoupçounées

Parlant du plastique dont l’utilisation à grande échelle remonte aux années 1950, le WWF a fait remarquer que depuis cette époque, l’industrie de cette matière a connu un essor fulgurant apportant à des millions d’humains les avantages indéniables de son utilisation qui ont contribué, par ailleurs, au développement d’autres secteurs de l’industrie moderne. Cependant, a-t-il noté, ce développement a engendré des conséquences environnementales insoupçonnées au départ et dont on commence à entrevoir l’impact. « Le plastique est aujourd’hui présent à chaque instant de notre vie quotidienne, en particulier sous la forme d’emballages qui s’accumulent sous forme de déchets dont le traitement se révèle aujourd’hui insuffisant ou inadéquat », a souligné le WWF.

Jeté dans la nature, a-t-il poursuivi, un simple sac de plastique dont l’utilité n’aura souvent pas excédé quelques heures prendra des centaines d’années pour se désagréger. Citant des images récentes de tortues marines qui ont confondu des sacs en plastique à leur alimentation habituelle, d’oiseaux retrouvés morts avec leurs estomacs pleins d’objets en plastique, d’animaux marins empêtrés dans du plastique, le WWF a relevé que beaucoup de ces objets en plastique qui ne sont souvent ni collectés ni recyclés seront transformés en danger mortel pour des espèces animales terrestres et surtout marines. « Les plages et les rivières défigurées par l’amoncellement de bouteilles en plastique sont devenues monnaie courante », a-t-il regretté.

Faisant allusion à un rapport publié en juillet 2017, le WWF a signifié que des chercheurs ont déterminé que 8,3 milliards de tonnes de plastiques avaient été produites entre 1950 et 2015, parmi lesquelles 6,3 milliards de tonnes sont devenues des détritus très peu biodégradables. Face à cette situation alarmante, l’ONG internationale a, enfin, appelé l’Homme à réagir pour essayer de réparer ces dégâts et rechercher urgemment des solutions pour gérer les déchets existants et développer des alternatives viables.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire