Jiu-jitsu : Me Kiss Moukala dément la crise à la Fédération

0

Le président de la commission des hauts gradés de la Fédération congolaise de jiu-jitsu et self-défense (Fécoju-self) estime que la structure ne connaît aucun trouble. La supposée crise dont parlent les sportifs et autorités sportives n’est qu’une mauvaise interprétation de la dissidence du premier vice-président, Venceslas Ngomba, dit Me Ouragan.

« En présence de l’ancien président de la Fécoju-self, Blanchard Oba, de l’actuel président, Bériche Djoubé, et de tant  d’athlètes et sympathisants, nous avons pris acte de la tenue prochaine de l’assemblée générale élective. Le président sortant ne sera pas candidat », a expliqué Me Kiss Moukala, ceinture noire 7e dan.

Le rassemblement de ces autorités de la Fédération est, selon lui, une preuve qu’il n’y a pas de crise au sein de la structure. Si elle existe, a-t-il soutenu, elle est imaginaire car la dissidence du premier vice-président, qui veut à tout prix présider aux destinées de la Fécoju-self, ne peut pas être considérée comme une crise. « Sa manière de chercher le pouvoir n’est pas bonne, c’est pourquoi il est isolé aujourd’hui », a indiqué Me Kiss Moukala.

Pour le président de la commission des hauts gradés, le vrai problème est la contradiction entre la direction générale des Sports et la Fédération. La première structure, sous la direction de Brice Merlin Lépébé, prenait les décisions en lieu et place du président de la Fécoju-self, en épaulant le premier vice-président, a expliqué Me Kiss Moukala. « Cette situation est née de l’affaire de 10 000 000 FCFA que la fédération avait obtenus comme subvention du ministère des Sports et de l’éducation physique pour participer à une compétition au Maroc mais qui n’avait plus eu lieu. Ainsi, le directeur général des Sports avait conseillé les mauvaises pistes au président de la Fécoju-self afin d’utiliser cet argent autrement, sans rendre compte au ministre de tutelle », a expliqué le président de la commission des hauts gradés de cette fédération, donnant sa version des faits. Pour lui, cette réalité n’est pas interne à la Fédération et il n’y a donc pas de raison que les athlètes soient victimes aujourd’hui.  

Le ministère des Sports et de l’éducation physique avait demandé à certaines fédérations, divisées par des conflits internes, de tenir les assemblées générales électives pour sortir de cette situation. La Fédération congolaise de jiu-jitsu et self défense figurait parmi elles. « Nous avions répondu positivement à cette invite du ministère qui est notre tutelle mais le blocus est venu de la direction générale des Sports », a affirmé Me Kiss Moukala.

Aujourd’hui, le bureau exécutif de la fédération a décidé de tenir l’assemblée générale élective. Les sportifs espèrent que les choses vont entrer réellement dans l’ordre.  

 

Légendes et crédits photo : 

Me Kiss Moukala, président de la commission des hauts gradés de la Fécoju-self

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire