Ituri: condamnation de 5 policiers et 1 militaire pour meurtre de civils

0

Le tribunal militaire garnison de l’Ituri siégeant en chambre foraine depuis le samedi 16 juin a rendu son verdict ce jeudi à Mahagi-centre, à 180 km au nord-est de la ville de Bunia dans  l’affaire de meurtres de pêcheurs à Mahagi-Port.

Au total 7 prévenus comparaissaient dont 2 militaires de la force navale et 5 policiers devant le bureau administratif du territoire de Mahagi.

Après une série d’audiences, l’adjudant Mateka Assani de la force navale a été acquitté, un autre militaire de la même unité condamné à 20 ans de servitude pénale principale. Parmi les 5 policiers condamnés on retrouve le commissaire Mpanzu Mbuka Joël, commandant du sous commissariat de la PNC Mahagi-Port. Ils sont condamnés par défaut avec son compagnon avec qui ils sont en fuite.

Les policiers condamnés à perpétuité ont été radié de la police et le tribunal soumet la RDC au payement de 300.000 dollars américains aux familles ayant perdu leur vie, et 20.000 dollars américains aux 2 autres victimes blessées pour préjudices subies, a fait savoir un greffier de cette juridiction.

La justice militaire a également ordonné la restitution des matériels saisis par ces éléments des forces de l’ordre et de sécurité. Les condamnés seront acheminés à la prison centrale de Bunia pour purger leur peine.

Rappel des faits

Le fait remonte au mercredi 13 juin, lors qu’une équipe des patrouilleurs a arrêté des pêcheurs et leurs matériels sur le lac Albert, à Mahagi-Port localité située à 55 km de Mahagi-centre, dans le cadre de la réglementation de pêche conformément à l’arrêté du gouverneur de province.

Lors de cette arrestation, et selon le témoignage de  société civile locale, un pêcheur aurait été jeté dans les eaux du lac mais une information rejetée par l’Administrateur de ce territoire. Cette situation avait suscité le soulèvement de sa famille provoquant la mort de 2 autres personnes et 2 blessées.

La coordination de la société civile du territoire de Mahagi salue ce verdict. Toutefois Me Mokili Mungunuthi, son coordonnateur souhaite qu’Alingi Mukuba, administrateur de ce territoire, qu’il considère comme auteur intellectuel de ces actes, soit aussi poursuivi par la justice militaire, car d’après lui, c’est M. Mukuba qui aurait instruit cette équipe des patrouilleurs.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire