Ituri: 4 députés nationaux boycottent la rentrée parlementaire prochaine pour exiger la paix à Djugu

0

Dans une déclaration commune faite à la presse ce mardi 13 mars 2018, 4 députés nationaux de l’Ituri affirment boycotter la rentrée parlementaire du 15 mars prochain pour exiger la paix à Djugu. Il s’agit de Tibasima Mbugemo, Tchedia Patay, Angel Makusi et Dechuvi Machu.

« La rentrée parlementaire de mars aura lieu dans 48h et nous ne serons pas présents à l’ouverture de la session. Nous allons rester à Bunia jusqu’à ce que nous ayons constaté une amélioration de la situation sécuritaire à Djugu. C’est seulement après que nous pourrons regagner Kinshasa» a déclaré l’un d’entre eux, Raymond Tchedia Patay, au micro de buniaactualite.com

Tout en se disant reconnaissants envers les efforts des autorités nationales et les forces de l’ordre, ces élus du peuple félicitent la population de l’Ituri pour avoir  »résisté » à cette dure épreuve :

 »Nous félicitations le peuple iturien pour sa maturité durant cette dure épreuve. Il n’est pas tombé dans le piège du tribalisme et de l’ethnicisme, à la division et à la guerre. Il a priorisé ce qui l’unit, c’est à dire l’appartenance à une même province. Ceci constitue une victoire contre le piège machiavélique qui lui était tendu » a dit pour sa part Tibasima Mbugemo qui a lu leur déclaration.

Dans un message de paix, ils invitent les ituriens à bannir la haine tribale et à cultiver la cohabitation pacifique, à rejeter la violence, à ne pas se rendre justice et à faire confiance aux institutions légalement établies.

 »Nous devons compter uniquement sur notre gouvernement » a lancé madame Angel Makusi, l’une d’entre eux.

Dans une déclaration politique rendue publique le 20 février dernier, les députés de l’Ituri avaient déjà formulé plusieurs recommandations pour ramener la paix en territoire de Djugu, notamment la nécessité de relever de leurs fonctions le gouverneur de province et le procureur de la république près le tribunal de grande instance de l’Ituri.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire