Itie-RDC : le Secrétariat international confirme les préoccupations de l’Asadho

0

Une correspondance adressée au ministre du Plan de la RDC, évoquant les conclusions du Rapport de l’auditeur indépendant (Ernst et Young) sur les états financiers annuels (2014-2015) du 24 avril 2017, réclame notamment un rapport présentant les mesures correctives prises par le comité exécutif.

Dans une lettre du 14 juillet 2017 adressée au ministre congolais chargé du Plan, Modeste Bahati, dont copies ont été réservées au ministre des Mines et vice-président du comité exécutif de l’Itie-RDC, à ceux de l’Environnement et du développement durable, des Hydrocarbures et des Finances ainsi qu’au coordonnateur national de l’Itie-RDC, le chef du Secrétariat international de l’Itie, Jonas Moberg, a exprimé ses inquiétudes quant à la gouvernance interne du processus de l’Itie en RDC. « Nous sommes profondément préoccupés par les conclusions du Rapport de l’auditeur indépendant (Ernst et Young) sur les états financiers annuels (2014-2015) du 24 avril 2017 », a-t-il écrit au ministre congolais.

Le chef du Secrétariat international de l’Itie a sollicité du ministre Bahati de lui faire parvenir un rapport présentant les mesures correctives prises par le comité exécutif, avant qu’il en informe le Conseil d’administration. Comme vous le savez, a-t-il rappelé, l’Itie est une norme internationale en matière de transparence et de bonne gouvernance. « Il nous incombe donc de nous assurer que nous respectons nous-mêmes les normes internationales de transparence et de bonne gouvernance », a précisé Jonas Moberg dans cette lettre.

Commentant cette lettre du Secrétariat international de l’Itie, le président national de l’Asadho, Me Jean-Claude Katende, s’est félicité du fait que les préoccupations soulevées depuis un certain temps par son ONG au sujet de la gestion du Secrétariat technique/RDC soient relayées par plusieurs autres institutions dont le Secrétariat international de l’Itie. « On ne le dira jamais assez, l’Itie-RDC va mal et est mal gérée. Donc, ce n’est pas une question de personnes, comme on voudrait le faire passer…Si nous voulons sauver le processus Itie-RDC, prenons au sérieux cette situation qui est maintenant à la portée de tous. Le sérieux de la Société civile dépendra de la manière dont nous abordons la situation présente », a-t-il dit à ses pairs membres du comité exécutif de l’Itie-RDC qui, a-t-il souligné, abordera la question de l’audit à sa réunion du 21 juillet 2017. Les prochaines actions de l’Asadho, a-t-il prévenu, dépendront des mesures qui seront prises lors de cette réunion.

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire