Irak: la mosquée où le chef de l’EI s’était proclamé «calife» a été détruite

0

Les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) ont fait exploser mercredi le minaret penché emblématique de la vieille ville de Mossoul et la mosquée adjacente où leur leader Abou Bakr al-Baghdadi s’était proclamé « calife » en 2014, a annoncé l’armée irakienne. Une information confirmée par la coalition occidentale, mais contestée par les jihadistes.

« Nos forces étaient en train d’avancer […]dans la vieille ville et lorsqu’elles sont arrivées à 50 mètres de la mosquée al-Nouri, Daech a commis un nouveau crime historique en faisant exploser la mosquée al-Nouri et al-Hadba », le minaret penché qui lui est adjacent, a déclaré dans un communiqué le général Abdulamir Yarallah, le commandant irakien responsable de l’offensive de Mossoul, en utilisant un acronyme en arabe de l’organisation EI.

La coalition a abondé dans ce sens en accusant l’EI d’avoir « détruit l’un des plus grands trésors de Mossoul et de l’Irak alors que les forces irakiennes s’en approchaient ».

« C’est un crime contre le peuple de Mossoul et d’Irak, et un des exemples montrant pourquoi cette organisation doit être annihilée », a-t-elle estimé dans un communiqué.

L’EI avait de son côté rapidement réagi via son agence de propagande Amaq en accusant l’aviation américaine d’avoir détruit les deux monuments par un bombardement.

Symbole du « califat »

En détruisant ces monuments emblématiques, l’EI a « officiellement reconnu sa défaite », a estimé peu après le Premier ministre irakien Haider al-Abadi.

C’est en effet dans la mosquée al-Nouri qu’Abou Bakr al-Baghdadi avait en juillet 2014 proclamé à la face du monde le « califat » sur les zones conquises par ses combattants en Irak et en Syrie. C’est la seule apparition publique connue du chef de l’EI.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire