Interview. Yvon Wilfrid Lewa-let Mandah : « Je crois en l’avenir du théâtre congolais»

0

De retour de Stockholm en Suède où il a participé au festival de théâtre organisé par l’Institut international de théâtre (IIT) de Suède du 31 Juillet au 2 août, Yvon Wilfrid Lewa-Let Mandah, président du Centre Congo Brazza de l’IIT, a exprimé ses impressions dans cet entretien qu’il a accordé aux Dépêches de Brazzaville.

Les Dépêches de Brazzaville : Président Yvon Wilfrid Lewa-Let Mandah, vous avez représenté le Congo en Suéde au festival de théâtre. Que peut-on retenir de votre périple en Scandinavie ?

Yvon Wilfrid Lewa-Let Mandah : En tant que président du Centre Congo Brazza de l’IIT, nous avons participé au festival de théâtre de Stockholm organisé par le Centre suédois de l’IIT. C’est un rendez vous de théâtre qui a réuni plusieurs pays du monde tels que les pays scandinaves (Norvège, Finlande, Suède), les Etats-Unis d’Amérique, la Russie. L’Afrique a été représentée à ce festival par l’Algérie, l’Afrique du Sud et le Congo Brazzaville. Lors de ce festival, on a pu échanger avec les différents présidents de l’IIT présents et leurs représentants sur la vie du théâtre dans leurs différents pays. Notre curiosité a été de connaître comment se pratique le théâtre dans ces différents pays, comment les autres organisent les festivals. La manière de jouer des acteurs a été également notre préoccupation lors de ce festival. Ainsi, on a vu jouer les troupes venues de San Francisco aux États-Unis mais aussi les compagnies de Suède et de Finlande.  Je puis vous dire que nous avons vraiment appris des tas de choses.

LDB : Alors à vous entendre parler, la moisson a été abondante ?

YWLM : Effectivement, outre les représentations théâtrales, ce festival a été aussi un lieu de rencontres, d’échanges et de formation. Nous avons participé à l’atelier dénommé Body mouvement ou l’expression corporelle. Lors des échanges que nous avons eus avec les professionnels internationaux, ils ont été édifiés sur la pratique du  théâtre dans notre pays et les différentes activités qui sont menées au sein de notre centre. Avec les présidents des différents centres et leurs représentants, nous avons pris des contacts et rempli notre carnet d’adresse. Des échanges qui, à l’avenir, seront porteurs dans les échanges entre les festivals d’ici et d’ailleurs, entre les troupes qu’on pourrait envoyer dans d’autres pays et les troupes qui pourraient venir chez nous. C’est donc cette organisation, cette diplomatie là que nous devons continuer à mener pour que ce que nous avons dit en parole soit concrétisé, pour qu’on voie que le Congo, avec notre centre, est bien intégré et  travaille en vase communicant avec le partage des expériences dans le réseau mondial de l’IIT.

LDB : Président, sommes-nous en mesure de dire aujourd’hui, au regard de votre optimisme, que l’avenir du théâtre congolais s’annonce sous de bons auspices ?

YWLM : C’est le cas de le dire. En effet, en Scandinavie, les festivaliers ont apprécié la participation congolaise. Ils nous ont  félicités d’avoir effectué ce long déplacement. C’était à la fois une curiosité et une surprise pour les scandinaves qui n’ont pas l’habitude d’échanger avec les artistes du  monde francophone, leurs échanges étant plus réguliers avec les artistes de l’espace anglophone. Ce que nous faisons au niveau du centre prouve que les choses bougent. C’est pourquoi nous disons à l’attention de tous les dramaturges, metteurs en scène, comédiens, acteurs, costumiers, régisseurs, directeurs de troupes et compagnies  de nous rejoindre et d’adhérer au centre Congo Brazzaville de l’IIT. En effet, l’IIT qui a pour partenaire officiel l’Unesco est la plus grande organisation des arts de la scène et du spectacle. Il compte en son sein plus de cent pays affiliés.  Ensemble, nous allons constituer comme une tour pour avoir une visibilité nationale et internationale et bénéficier ainsi des multiples opportunités offertes telles que les bourses de formation.

LDB : Et pour conclure ?

YWLM : Le 17 août, en marge du festival Kimoko, va se tenir au Centre culturel Jean-Baptiste Tati-Loutard de Pointe-Noire l’assemblée générale annuelle du Centre Congo de l’IIT.  À cet effet, nous invitons tous les artistes, toute la corporation dans l’art de Molière de venir participer à cette grande réunion.

Légendes et crédits photo : 

Yvon Wilfrid Lewa-Let Mandah en Suéde
crédit photo »DR »

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire