Interview. Roga Roga: « Je souhaite partager la scène avec nos amis combattants lors de mon prochain concert à Paris »

0

Après son concert houleux dans la capitale française, le groupe Extra-Musica est de retour à Brazzaville. Surpris en pleine répétition, le leader de cet orchestre, Roga Roga, nous a accordé une interview exclusive dans laquelle il aborde les péripéties de cette aventure parisienne et les projets que nourrit son orchestre.

Les Dépêches de Brazzaville (L.D.B.) : Vous sortez fraîchement de Paris où vous avez quand même presté malgré l’opposition des combattants. Comment avez-vous vécu ce moment ?

Roga Roga (R.R.) : C’était difficile mais nous avons réalisé notre projet. Certes, il y a eu nos compatriotes qui ont voulu boycotter cet événement culturel mais je me suis mis du côté de la loi. C’est elle qui nous a protégés. Nous étions partis pour Paris afin de fêter les vingt-cinq ans d’Extra musica, pas pour conquérir nos frères qui vivent là-bas. Je ne parlerai pas des détails car le diable se trouve dans les détails.

L.D.B. :Que vous reprochent-ils ? 

R.R. : Je ne sais pas. Il y a plusieurs catégories de fanatiques. Certains imaginent, d’autres interprètent et il ya ceux qui passent leur temps à innoculer des virus dans la tête des autres. Je suis un homme culturel et non un homme politique. Ai-je  déjà occupé une fonction de ministre dans ce pays ? Je suis un commerçant, je n’ai pas à choisir mes clients. Les gens du pouvoir, de l’opposition ou même les combattants peuvent demander mes services. Je n’hésiterai pas à les servir. Je dois toujours être au milieu du village.

L.D.B.:Quels sont à ce jour les projets d’ Extra-Musica?

R.R.: Pour l’instant, nous avons terminé la réalisation des clips de l’album « 242 » qui permettront à nos mélomanes de savourer la qualité du travail abattu par les artistes du groupe. En février 2019, nous partirons pour Paris jouer à l’Olympia et au zénith. Nous profiterons de cette occasion pour fédérer les musiciens congolais autour de notre drapeau sur un même podium. Il y aura la musique traditionnelle, la musique religieuse et autres.

L.D.B.:Vous irez de nouveau à Paris en février prochain. Ne craignez-vous pas de nouvelles manifestations à votre encontre ?

R.R.: A ma connaissance, Paris appartient aux Parisiens et cette ville est administrée. Franchement, je souhaite partager la scène avec nos amis combattants lors de mon prochain concert là-bas. Nous sommes des jeunes, nous ne devons pas diriger ce pays dans la division. Il faut prôner l’unité, la paix et la cohésion sociale, afin de servir de modèle à nos jeunes frères.

L.D.B.: Quelle est l’audience de  l’album « 242 » sur le marché de disque ?

R.R.: »242″ est vendu partout, y compris sur les plateformes de téléchargement et d’achat en ligne. A ce jour, il est bien vendu car chaque trois mois, nous recevons quelque chose dans nos comptes. Actuellement, la musique ouest-africaine influence la nôtre mais nous travaillons toujours et sommes à l’écoute de nos fans. Les autres sont plus culturels par apport à nous qui ne pensons qu’à la politique. Nous n’avons pas de subvention mais esperons qu’un jour, l’Etat prendra des résolutions en faveur du secteur culturel congolais. C’est un secteur à promouvoir car à la différence des matières premières comme le pétrole ou le bois, la culture d’un pays ne peut tarir.

L.D.B.:Ce 30 juin, vous fêtez les vingt-cinq ans d’Extra-Musica au Palais des congrès de Brazzaville. Que réservez-vous au public?

R.R. : Nous sommes un groupe du Congo Brazzaville. Nous sommes soutenus par les Congolais. Donc, nous ne pouvons pas continuer à fêter notre vingt-cinquième anniversaire hors de notre terroir. Ainsi, après l’Afrique de l’ouest et Paris, l’heure est venue pour satisfaire nos fanatiques. Nous leur réservons beaucoup de surprises.

Légendes et crédits photo : 

Photo1: Roga Roga en pleine répétition
Photo2: Les artistes du groupe Extra-Musica

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire