Insécurité au Kongo central : le Conseil provincial de sécurité prend une série de mesures

0

L’insécurité grandissante qui sévit depuis quelques mois sur toute l’étendue du Kongo Central n’a pas laissé indifférent le Gouverneur de cette province, Atou Matubuana Nkuluki qui, le mercredi 10 juillet 2019, a présidé dans la grande salle de réunions du gouvernorat, une réunion du Conseil provincial de sécurité. Cette réunion a essentiellement porté sur les mesures d’urgence à prendre, afin d’éradiquer ce fléau qui prend des proportions très inquiétantes dans cette contrée de la République démocratique du Congo.

Au terme de cette réunion qui a presque pris une demi-journée, une série de mesures ont été prises. Entre autres la réduction de 70 % des barrières demeurées à ce jour opérationnelles sur la route nationale n° 1 (sur l’axe compris entre Kasangulu et Muanda) ; les bouclages au niveau des camps militaires et policiers pour récupérer toutes les armes irrégulièrement détenues par différentes bandes d’inciviques et, éventuellement, arrêter tous leurs détenteurs qui sont souvent les auteurs présumés des actes de banditisme décriés par la population du Kongo Central ;

les départs, les permutations et les nominations des commandants des unités de la police nationale congolaise du Kongo Central dans les dix (10) territoires ainsi que dans les villes de Matadi et de Boma ; l’achat des véhicules et des motos pour les patrouilles motorisées des éléments de la Police Nationale Congolaise (PNC) et de la Direction Générale des Migrations (DGM) ;

l’interdiction aux Administrateurs des territoires, ainsi qu’aux Maires de Matadi et de Boma d’affecter les agents aux différents postes de contrôle ou de créer des postes de contrôle ; le renforcement des patrouilles mixtes Fardc – Pnc et enfin la tenue par le Gouverneur de province des forums de sensibilisation dans les campements des éléments de l’armée, de la police et dans les points chauds des différentes entités.

A noter que cette série de mesures fait suite à la recrudescence de l’insécurité qui sévit dans cette partie de la République Démocratique du Congo où l’on a déjà dénombré plusieurs cas de tueries dont la dernière en date est celle qui a coûté la vie à un opérateur économique très célèbre de Kisantu répondant au nom de Amba.

Celui-ci a été abattu par balles par des hors-la-loi qui, curieusement, ont aussi blessé certains de ses fils le 6 juin dernier. Espérons que toutes ces mesures seront, cette fois-ci, d’application et que tous ceux qui les fouleront aux pieds seront sanctionnés sévèrement.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire