Insécurité à Beni: « Le Président avait pourtant promis de s’investir pour mettre fin aux ADF dans le Nord-Kivu » (JP Paluku Ngahangondi)

0

Dans une déclaration politique relative à la situation sécuritaire en ville et territoire de Beni au Nord-Kivu et rendue publique le 5 juin à Goma le député provincial et élu de Beni Jean Paul Ngahangondi se dit très consterné par ces cas d’insécurité dans cette entité.

« sommes très préoccupés par la situation d’insécurité qui prévaut sur la plus grande partie de l’étendue des ville et territoire de Beni avec la résurgence des incursions des éléments dits ADF, cela malgré la surmilitarisation de la zone », indique-t-il.

Il s’étonne en plus de constater la libre circulation en toute quiétude, des rebelles et cela malgré les différentes alertes de la part de la population.

« Ils ne cessent de commettre des exactions ayant pour cible principale la population civile. Ils tuent les civiles rencontrés dans leur parcours, pillent chèvres, poules, canards, produits de champs qu’ils font transporter par les victimes », s’indigne l’élu de Beni territoire.

Le dernier cas en date, dit le député, est l’évènement malheureux enregistré en ville de Beni, Commune Beu, quartier Butanuka, la nuit lundi 3 au mardi 4 juin 2019 à partir de 20 heures où environs 18 civils ont été sauvagement abattus.

Grave encore, poursuit le député, les civils pris pour le transport des biens pillés, une fois dans leurs lieux de campements, sont utilisés dans l’entretien des cultures.

« Comment peut-on comprendre, dans une zone surmilitarisée et où l’opération militaire a été lancée depuis plus de 4 ans, que l’ennemi ait le temps et la possibilité d’y exercer les activités champêtres ? Comment comprendre que l’ennemi circule, traverse la zone surmilitarisée jour et nuit, tue, emmène les civils, emporte animaux et produits de champs, égorge chèvres, porcs, poules…, prépare, mange sans être inquiété, cela malgré les alertes venant de la population ? Comment concevoir une opération militaire dans laquelle c’est l’ennemi qui attaque et non l’inverse ? Y-a-t-il vraiment une opération militaire à Beni ? », s’interroge l’élu de Beni.

Il indique que cela crée le doute dans le chef de la population et qui la conduit à une attitude de préjugée pour des personnes longtemps meurtries par une guerre sans nom et sans fin et dont les conséquences sont insupportables par la société humaine.

Ngahangondi rappelle que pendant la campagne électorale et après les élections, dans son discours programme de 100 jours, le Président de la République a promis de s’investir pour mettre fin une fois pour toute au phénomène ADF dans le Nord-Kivu.

« Fort malheureusement, les 100 jours ont été épuisés sans constatation d’actes positifs allant dans ce sens. Le Président de la République a promis la mutation des officiers et la relève des militaires et policiers qui ont trop duré à l’Est du pays dont ceux exerçant dans la zone de Beni un message selon lui ayant créé un espoir à la population de ladite zone », dixit cet élu du peuple.

Il appelle donc le chef de l’Etat à prendre ses responsabilités en mettant fin à cette situation dans le Grand-nord du Nord-Kivu.

« Il est de l’intérêt que le Président de la République, Chef de l’Etat et commandant suprême des Forces armées, prenne ses responsabilités en donnant réponse à ses promesses ci-haut rappelées. Une opération militaire sérieuse s’avère d’une grande nécessité. La population des ville et Territoire de Beni comme celle des autres entités du Territoire national a droit à la paix et à la sécurité. Il est de l’obligation du pouvoir public de s’y investir pour y parvenir ; c’est un droit », peut-on lire dans cette déclaration.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire