Incendie de Bukavu : la Société des architectes du Congo consternée

0

La corporation des architectes a exprimé ses regrets à la suite du sinistre qui a détruit près de trois cents habitations dans la localité, tout en interpellant les autorités sur les risques qu’encourent des constructions anarchiques et d’autres négligences dans le secteur du bâtiment.

L’incendie ravageur de Bukavu, dans la province du Sud-Kivu, n’a pas cessé de susciter des réactions et des regrets. La Société des architectes du Congo (SAC) a dit sa consternation dans un communiqué de presse du 20 août, après avoir dépêché un de ses membres sur le lieu de la catastrophe. «La Société des architectes du Congo s’associe à la douleur des victimes de ce sinistre et exprime toute sa compassion », indique le communiqué signé par le président national de cette structure, Brunel Gibale Leki Kananga.

« Cependant, en qualité des professionnels formés et reconnus par la République, nous estimons que ce drame aurait pu être évité si toutes les questions  d’aménagement du territoire et d’urbanisme  étaient prises en compte », ont déclaré les architectes, avant de poursuivre: « En effet, combien de quartiers, bâtiments, salles des fêtes, station-services, logements et autres équipements communautaires sont potentiellement à risque ! ». Pour la SAC, c’est le moment de mettre de l’ordre dans ce secteur capital en dynamisant les services anti-incendie et en identifiant les zones  à risque. En fait, il s’agit de faire « un vrai travail de prévention à travers l’application effective des normes en matière d’aménagement et d’urbanisme ».

« C’est ici l’occasion de rappeler l’intérêt des ordres professionnels, en l’occurrence celui des architectes pour la protection des biens et des personnes. N’attendons plus le prochain drame  ou prochain Irambo pour nous lamenter. L’urgence s’impose », conclut le communiqué sur un ton grave et sérieux. A l’issue de sa dernière réunion, la SAC préconise l’intégration du code de lutte contre les incendies dans les normes des constructions, tout en proposant de concevoir gratuitement un plan de reconstruction du quartier sinistré d’Irambo, à Bukavu, afin de permettre à la population d’habiter dans des logements construits selon les normes.

Rappelons-le, l’incendie survenu le 16 août sur les avenues Irambo et Pesage, au quartier Nyalukemba, dans la commune d’Ibanda, à Bukavu, chef-lieu du Sud-Kivu, a détruit deux cent quatre-vingt-dix maisons et fait deux mille cinq cent quatre-vingt-dix sinistrés, a indiqué le service de la mairie de la ville. Lors de sa descente sur le lieu, le maire de Bukavu, Meschak Bilubi, a déclaré, avec un ton presque d’aveu : « Ce qui a favorisé l’incendie, tout le monde le sait, ce sont les constructions anarchiques, les maisons sont confinées, il n’y a pas de passage entre elles et cela a facilité l’extension de l’incendie. S’il faut revoir le problème de l’habitat, la solution doit être générale car il ne s’agit pas de deux avenues seulement, plusieurs autres de la ville de Bukavu sont l’objet des constructions anarchiques ».

Légendes et crédits photo : 

Le comité dirigeant de la Société des architectes du Congo

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire