« Il y a eu un deal entre les autortiés et Clément Kanku », affirme un proche du Pouvoir!

0

Deux enregistrements audios et des révélations du journal américain New York Times ont clairement établi une implication du député de l’opposition Clément Kanku dans les massacres dans la région congolaise du Kasaï, mais aussi une probable implication dans les assassinats des experts de l’ONU.

Floribert Kabange Numbi, Procureur général de la République (PGR) a annoncé hier l’ouverture d’une enquête dans l’affaire des conversations téléphoniques du député Clément Kanku. Le PGR dit avoir écrit à Aubin Minaku, président de l’Assemblée nationale,  pour qu’il « entende » le député Kanku!

Selon New York Times, M. Kanku aurait donc eu des liens étroits avec les combattants de la milice. Ce qui aurait conduit à sa nomination au poste du ministre du Développement par le président Joseph Kabila, dans le but de mettre fin à cette insurrection. 

Une thèse que confirme un député proche du Pouvoir. « A ma connaissance, cette implication était connue. Mais il fallait régler la chose de manière intelligente. Et donc, je crois qu’il y a eu un deal pour calmer la situation« , explique ce député sous le sceau de l’anonymat.

Selon lui, inculper Clément Kanku au moment des faits aurait « aggraver la situation ». « C’est un député de Dibaya, au coeur même de cette insurrection. L’envoyer en prison, alors que le Chef Kamuina venait de se faire tuer aurait pu enclencher d’autres problèmes« , ajoute-t-il.

Notre source affirme cependant ignorer la nature du « deal », n’expliquant pas non plus la tournure actuelle de l’affaire. « Je ne sais pas si le deal était de lui confier un poste ministériel. Non, je ne peux pas vous le confirmer. Mais je sais seulement que ce sont les assassinats des agents [de l’ONU] qui ont compliqué les choses« , dit-elle. Aucune autre source n’a confirmé les dires de ce député de la Majorité Présidentielle.

Clément Kanku nie toute implication tant dans ces assassinats que dans les exactions au Kasaï. Le député congolais affirme qu’il s’agit plutôt d’une « campagne » contre sa personne, alors que les enregistrements, non réfutés par son entourage, établissement clairement les faits.

Par ailleurs, lorsqu’il a été contacté par The New York Times, M. Kanku a initialement nié, puis a confirmé qu’il avait été en contact avec les experts. « J’ai parlé avec l’homme; la femme, je ne lui ai pas parlé« , a répondu le député congolais. Avant de changer de version: « Je pense que j’ai également parlé avec la femme, mais je ne suis pas certaine parce que beaucoup de gens m’appellent « .

Source : Politico CD

Laisser un commentaire