Hydrocarbures : le Congo présente ses opportunités d’affaires aux investisseurs

0

Les opportunités d’affaires qu’offre le secteur pétrolier au Congo sont mises en exergue au profit des potentiels investisseurs à travers la troisième édition de la conférence internationale et exposition sur les hydrocarbures au Congo (CIEHC), ouverte le 24 avril à Brazzaville par le Premier ministre, Clément Mouamba.

 

Après avoir souligné, à l’ouverture des travaux, le contexte difficile dans lequel est plongé le secteur pétrolier, M. Clément Mouamba a indiqué que « cette conférence permettra au Congo de présenter aux investisseurs des opportunités d’affaires générées par le secteur des hydrocarbures ».

« Le gouvernement, a-t-il poursuivi, est ouvert à toutes les discussions visant à promouvoir les éventuels investissements dans ce secteur important de l’économie nationale ».

Peu avant, le ministre des Hydrocarbures, Jean Marc Thystère Tchicaya, a fait savoir que malgré la morosité de la conjoncture pétrolière, les perspectives étaient heureuses et nombreuses. 

A titre indicatif, il a précisé que la production pétrolière nationale devrait passer de 232.000 barils par jour en 2016 à 282.000 barils en 2017 et de plus de 350.000 barils par jour en 2018. Quant aux réserves pétrolières nationales, le ministre Thystère Tchicaya a fait savoir qu’elles étaient estimées à 1,7 milliard de barils sur 25 ans.

Cette hausse de production est tributaire du champ pétrolier Moho Nord qui a été mis en production en mars dernier au large des côtes de Pointe-Noire. A terme, ce gisement en offshore profond devrait produire quelque 100.000 barils par jour.

« Les installations sont conçues pour minimiser l’impact sur l’environnement : aucun brûlage de gaz en conditions normales d’opérations et une efficacité énergétique accrue grâce au concept ’’tout électrique’’ permettant d’optimiser la quantité d’énergie nécessaire au fonctionnement des installations », a expliqué Pierre Jessua, directeur général de la société Total E&P Congo, opérateur principal du champ Moho Nord.

La troisième CIEHC est organisée au moment où le secteur pétrolier congolais connaît des mutations, notamment la promulgation en octobre 2016 d’un nouveau code des hydrocarbures. Celle-ci fait, en effet, de la Société nationale des pétroles du Congo (SNPC), titulaire de tous les permis d’exploration et d’exploitation avec un minimum de parts de 15%, a dit Jérôme Koko, président du directoire de cette société publique à caractère industriel et commercial.     

 

  

 

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire