Hôpital de base de Tié-Tié : près de neuf cents millions pour l’exercice 2018

0

La réunion du quatrième trimestre 2017 du comité de gestion de l’établissement sanitaire, tenue le 29 décembre à Pointe-Noire, a estimé le budget pour cette nouvelle année à 851 500 000  FCFA.

Hôpital de base de Tié-Tié : près de neuf cents millions pour l'exercice 2018Le comité de gestion de l’hôpital de base de Tié-Tié s’est réuni sous la direction du Dr Albert Touadi, son vice-président. Outre l’examen et l’adoption du budget 2018, les membres ont également examiné et adopté le compte rendu de la dernière réunion suivi des recommandations, le rapport financier du troisième trimestre 2017, les indicateurs de performance du quatrième trimestre 2017 et le projet du plan d’action 2018.

Pendant ces assises, Yves Litsingou, chef du service économie et finances, a présenté le rapport financier du troisième trimestre 2017, dont le montant des recettes s’élève à 241 114 699 F CFA et les dépenses à 222 411 964 F CFA.

Pour sa part, Jean Christophe Pongui, chef du service gestion des malades, a présenté les indicateurs de performance du quatrième trimestre 2017. Quelques faiblesses ont été notées, notamment le faible nombre d’échographie comparativement à la fréquentation de l’hôpital, le nombre élevé des décès sur la table d’opération.

Quelques recommandations ont été faites par les membres du comité de gestion, à savoir l’organisation d’une réunion en janvier entre la direction de l’hôpital et le service d’imagerie médicale afin d’analyser les causes de la sous-fréquentation de ce service, instituer des audits obligatoires pour chaque décès. A ce sujet, il a été recommandé au service de gestion des malades d’informer systématiquement le directeur pour tout décès sur la table d’opération et d’accouchement. La formation des anesthésistes a été aussi recommandée.

Par ailleurs, les participants à la réunion ont suivi une communication faite par le directeur de l’hôpital, Casimir Ondonda, sur la gratuité de la performance basée sur le financement (PBF). Il est ressorti de cette communication que d’énormes difficultés sont rencontrées, notamment sur les actes opératoires avec pour conséquence l’impossibilité de payer les subsides dans d’autres services. Face à ce problème, le directeur a proposé qu’un travail technique sera fait et présenté à la première réunion année du comité de gestion  pour la résiliation ou non du contrat PBF.

Notons que Gérard Ondongo, coordonnateur adjoint de l’Agence de contractualisation et de vérification, a pris également part aux travaux.

 

Légendes et crédits photo : 

Le présidium de la réunion

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire