Honduras: toujours pas de président, l’état d’urgence décrété

0

Six jours après l’élection présidentielle, le Honduras n’a toujours pas de vainqueur et la population s’impatiente.

Trois manifestants sont morts et plusieurs autres ont été blessées, lors de heurts avec les forces de l’ordre, tandis qu’une centaine de personnes ont été arrêtées pour pillage, vendredi et samedi.

L’état d’urgence a été décrété quelques heures après que le Tribunal suprême électoral (TSE) eut annoncé que le recomptage d’un millier de boîtes de scrutin serait nécessaire.

Cet état d’urgence, qui donne à la police et à l’armée des pouvoirs élargis, est censé durer 10 jours. Un couvre-feu nocturne est notamment en vigueur et les droits constitutionnels sont suspendus.

Un peu plus de 1000 urnes, représentant à peu près 6 % des voix, vont être dépouillées à la main à cause d’irrégularités, a précisé le président du TSE David Matamoros.

Le président sortant Juan Orlando Hernandez, soutenu par les États-Unis, et son opposant Salvador Nasralla ont tous deux affirmé dimanche dernier avoir remporté l’élection.

Le président Hernandez cherche à se faire réélire malgré que le fait que la constitution lui interdise de briguer un deuxième mandat. Or, une décision controversée de la Cour suprême l’a cependant autorisé à présenter sa candidature.

En début de semaine, Salvador Nasralla était en tête à l’issue du dépouillement de 70 % des voix, avant que le processus ne soit interrompu une première fois. Il avait demandé mercredi à ses partisans de descendre dans les rues de Tegucigalpa pour protéger sa victoire.

Une manifestation près d’un centre de dépouillement de la capitale avait fait au moins deux blessés jeudi.

Le TSE a l’obligation de proclamer un vainqueur au plus tard un mois après les élections du 26 novembre.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire