Hommage à Edith Lucie Bongo Ondimba : la directrice de la Felbo appelle à la pérennisation des oeuvres de l’illustre disparue

0

Sous forme de tableaux successifs, des séquences de la vie de l’ex-première dame du Gabon ont été mises en scène et illustrées par Patricia Kounkou Wiboulou, dans le but de pousser à promouvoir ce qu’elle avait fait.

La directrice de la Felbo ( Fondation Edith-Lucie-Bongo-Ondimba), Patricia Kounkou Wiboulou, a, dans son évocation, à l’occasion des 10 ans de la disparition de la fille aînée du chef de l’Etat congolais, parlé des valeurs humaines et sociales qu’elle incarnait. « Pour moi, elle est toujours là, elle n’est pas partie. Elle est vivante dans nos cœurs ; ce ne sont pas des vains mots, on essaie petit à petit de faire encore des choses en fonction de ses idéaux, d’être au service des plus démunis, en particulier des enfants, de faire des actions qui sont porteuses dans le domaine de l’éducation, de la santé, etc. C’était une personne qui nous a tous, d’une manière ou d’une autre, même pour certains qui n’ont pas eu la chance de la connaître personnellement, mis des graines en nous », a-t-elle indiqué.

Patricia Kounkou Wiboulou a présenté une trentaine de « figures » d’Edith Lucie Bongo Ondimba qui invitent toute personne à découvrir la grandeur humaine et spirituelle qu’elle a transmise. « Toute personne qui l’a rencontrée est sortie grandie ; grandie par sa force de caractère, ses convictions, son humilité, parce qu’en privé, elle disait des choses ; elle vous révélait en vous-même ; elle appuyait parfois là où ça fait mal, mais je peux vous garantir que ce qu’elle vous disait s’avérait souvent juste », a-t-elle témoigné, espére que les dix prochaines années permettront à la Felbo de faire de grandes choses en sa mémoire.

A noter que la Felbo, Fondation qui porte son nom, s’est illustrée depuis plusieurs années dans l’organisation des activités à caractère social et éducatif, entre autres, le développement des enfants de tous les horizons, l’assistance reconnue dans le domaine de l’éducation, etc.

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire