Histoire: En 1958, les belges ont exposé des Congolais dans un zoo humain

0

Ces congolais étaient humiliés tous les jours. Les visiteurs leur jetaient des bananes et des cacahuètes à même le sol pour qu’ils le mangent, ils obligeaient ces nègres à imiter des cris de singes. Ils étaient forcés de vivre dans des cages semblables à des animaux comme dans les zoos d’aujourd’hui.

1958 : Des congolais dans un «zoo humain» en Belgique

Organisée à Bruxelles du 17 avril au 19 octobre 1958, l’Exposition universelle fut le premier événement culturel majeur de l’après-guerre en Europe et accueillit au cours de ces six mois plus de 42 millions de visiteurs. À une époque où voyager était un luxe réservé à l’élite, la population nourrissait alors un vif sentiment de curiosité à l’égard des traditions et des coutumes étrangères. Et encore davantage quand il s’agissait du continent africain, souvent le plus « déroutant » aux yeux du Belge moyen de l’époque.

« Village nègre »

Dans un cadre caricatural, pour ne pas dire raciste, le pavillon congolais consistait en une sorte de « village nègre » et exposait ses représentants comme des « bêtes curieuses ». Le dispositif ne présentait qu’une seule face de la colonisation: ses « aspects positifs » et, surtout, la suprématie européenne sur le peuple africain.

Suprématie occidentale

Pour les Occidentaux, ces expositions de ‘village nègre’- comme on les appelait à l’époque – étaient aussi une façon de montrer leur suprématie sur le peuple africain. « Ces expositions universelles étaient de la propagande coloniale, » explique Maarten Couttenier. « Depuis Anvers au 19e siècle jusqu’à Bruxelles [en 1958], le but était de montrer les aspects positifs de la colonisation. Le négatif était caché. »À l’époque, à Léopoldville [actuelle Kinshasa], « il y avait une ségrégation raciale avec la ville des blancs et la ville des Africains (…) 

En découvrant ce zoo humain, certains visiteurs ont eu un comportement totalement inapproprié en jetant, par exemple, des bananes.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire