Hamilton roule sur la concurrence au Castellet

0

Leader de bout en bout, Lewis Hamilton a très aisément remporté le Grand Prix de France, devant son coéquipier Valtteri Bottas et Charles Leclerc. Impuissants, les rivaux de l’Anglais vont avoir beaucoup de mal à le priver d’un 6e titre mondial.

Le film de la course

Parti sur les bases d’une saison record, Lewis Hamilton ne faiblit pas et semble même accentuer sa domination au fur et à mesure de l’année. Auteur d’un nouveau weekend parfait sur le circuit Paul Ricard du Castellet, le quintuple champion du monde a remporté sa 79e victoire en carrière et la 6e en 8 Grands Prix cette saison, à l’issue d’une implacable démonstration de force et de maîtrise.

Comme l’an passé (pole position et victoire), l’Anglais a donc survolé le Grand Prix de France, mais le contexte est cependant bien différent. A la lutte avec Vettel au sommet du classement pilotes à la même époque en 2018, Hamilton semble cette fois sans rival et en route pour un 6e titre, une impression encore renforcée par le scénario de ce dimanche varois.

Hamilton écœurant de facilité

Le départ fut en effet mouvementé, avec un envol particulièrement agressif des deuxième (Leclerc et Verstappen) et troisième (Norris et Sainz) lignes derrière les deux Mercedes. Au premier virage, Hamilton parvenait cependant à contenir la meute avant de creuser immédiatement un petit écart avec son coéquipier Valtteri Bottas. Le Finlandais n’allait plus revoir son coéquipier.

D’abord vaillant et déterminé à ne pas laisser s’enfuir l’autre Flèche d’Argent, Bottas allait cependant rapidement se rendre à l’évidence : Hamilton, auteur d’un premier run sensationnel en pneus mediums, était tout simplement sur une autre planète ce weekend. Le natif de Nastola s’attacha donc sans passion à conserver sa 2e place, offrant finalement à Mercedes son 6e doublé cette saison, le premier depuis Barcelone il y a plus d’un mois. A n’en pas douter, Bottas retiendra cependant plutôt que l’écart se creuse avec son coéquipier, qui le distance désormais de 36 points au classement général des pilotes.

Renault sauve les meubles, Gasly et Grosjean coulent

Derrière le Finlandais, Leclerc et Verstappen se cantonnèrent à une course prudente pour garder leurs places sur la grille de départ. Le Monégasque s’assura ainsi le troisième podium de sa carrière, le deuxième d’affilée, tandis que le Néerlandais ne fut pas vraiment menacé par le coup stratégique de Sebastian Vettel. Parti de la 7e place sur la grille mais rapidement remonté en P5, le pilote Ferrari tenta de retarder au maximum son arrêt aux stands, mais n’en tira pas vraiment de bénéfice.

L’Allemand limite tout de même les dégâts avec cette 5e place, assortie du point du meilleur tour en course. De leur côté, les deux Renault finissent dans les points pour le GP national de la marque au losange (Ricciardo 7e, Hülkenberg 9e), avec notamment une incroyable passe d’armes à quatre dans le dernier tour avec la McLaren de Norris et l’Alfa Romeo de Räikkönen (qui pourrait d’ailleurs valoir une rétrogradation à Ricciardo après enquête de la direction de course). Derrière ce petit groupe, Pierre Gasly n’aura pas pu réussi à rentrer dans les points au volant de sa Red Bull, une grosse déception pour le Tricolore. Son compatriote Romain Grosjean n’a pas davantage brillé à domicile, puisqu’il fut le seul pilote à ne pas finir la course…

 

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire